Prochain rendez vous avec la radio le 25 mars à la Vegan Place, place Stalingrad à Paris





Retrouvez la radio...


25 MARS soutien et PARTENAIRE DE la


le 25 mars à Paris



Nous serons aussi au







Nous serons présents le 19 juin au

Derniers titres diffusés


jeudi 20 octobre 2016

CITES : Grande victoire pour les perroquets, les rhinocéros et les requins ; petite victoire pour les lions et les éléphants

Les perroquets gris du Gabon ont obtenu une victoire assourdissante lors de la CITES hier. Les résultats des votes pour les éléphants et les lions sont favorables pour la conservation de ces espèces, mais pas à la hauteur des espérances. Photo de perroquet : © Pond 5/Panu RuangjanLes perroquets gris du Gabon ont obtenu une victoire assourdissante lors de la CITES hier. Les résultats des votes pour les éléphants et les lions sont favorables pour la conservation de ces espèces, mais pas à la hauteur des espérances. Photo de perroquet : © Pond 5/Panu Ruangjan
























Après une pause volontaire de deux jours, la 17e Conférence des Parties (CoP 17) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) qui a lieu à Johannesburg en Afrique du Sud, s'est de nouveau réunie pour voter concernant un certain nombre de propositions à propos des perroquets, des lions, des éléphants et des rhinocéros.
Perroquets gris du Gabon
Les membres de la CITES ont voté fermement hier pour transférer les populations sauvages de perroquets gris du Gabon à l'Annexe I, mettant un terme au commerce international de cet oiseau.
Le commerce d'animaux vivants, la destruction et la fragmentation de l'habitat ont décimé les populations sauvages de perroquets gris du Gabon. Les perroquets gris sont très prisés en tant qu'animaux de compagnie car ils sont très "bavards" et peuvent apprendre à imiter le langage humain. 
Nous remercions les membres de la coalition, World Parrot Trust, Wildlife Conservation Society, WWF, Bird Life International, Zoological Society of London, Humane Society International, Defenders of Wildlife, SSN et Pro Wildlife qui nous ont aidé à militer pour une protection plus rigoureuse de ces espèces.
Lions d'Afrique
Les décisions concernant les lions d'Afrique ont été plus mitigées. Nous sommes ravis d'avoir fait quelques progrès, même graduels, en matière de protection de cette espèce.
Les membres ont voté en faveur d'une décision, qui nous le pensons, est diluée. En effet, elle établit un quota annuel d'export à but commercial nul pour les os et les griffes de lions sauvages.
Cependant, étant donné que l'Afrique du Sud est le seul pays commercialisant des parties de lion spécifiques actuellement, elle va être obligée d'établir des quotas annuels d'export pour le commerce de ces parties de lion et de faire un rapport à la CITES de ses activités chaque année. Nous espérons que cette annotation va permettre de limiter l'émergence malvenue de ce marché, apparu à cause de la disparition sur le marché des os de tigre.
Nous espérions le transfert de toutes les populations de lions de l'Annexe II à l'Annexe I, interdisant tout commerce international de lion et des ses parties.
Eléphants d'Afrique
Un certain nombre de mesures proposées par 10 des pays de l'aire de répartition des éléphants d'Afrique encourageant les Parties à détruire les stocks d'ivoire se limite à une décision sur le développement de directives sur la gestion des stocks et leur élimination. Cela constitue un pas en arrière. 
L'accord des Parties sur la fermeture des marchés domestiques de l'ivoire d'éléphant qui contribuent au braconnage et au commerce illégal est une bonne nouvelle mais nous espérions un engagement plus fort. Le fait de voir la Chine, plus gros consommateur d'ivoire au monde, s'imposer dans le rôle de leader pour encourager des mesures plus sévères pour la protection des éléphants et la fermeture définitive des marchés domestiques d'ivoire est impressionnant.
Rhinocéros
Aujourd'hui, les Parties ont refusé une proposition du Swaziland sur l'autorisation d'un commerce régulé de corne de rhinocéros blanc, qui aurait eu de lourdes conséquences en ce qui concerne le braconnage de cette espèce.
La proposition du Swaziland aurait eu pour conséquence la modification de l'annotation actuelle de l'Annexe II concernant sa population de rhinocéros blanc.La proposition du Swaziland aurait eu pour conséquence la modification de l'annotation actuelle de l'Annexe II concernant sa population de rhinocéros blanc.
















La proposition du Swaziland aurait eu pour conséquence la modification de l'annotation actuelle de l'Annexe II concernant sa population de rhinocéros blanc afin de permettre le commerce limité et règlementé de la corne de rhinocéros blanc. Les rhinocéros sont plus menacés que jamais par les braconniers en raison de la montée en flèche des prix de la corne sur le marché noir. Le refus de cette proposition est donc un soulagement.
Requins
A la fin de la journée, les membres de la CITES ont voté pour donner une meilleure protection au requin soyeux, au requin renard et au diable de mer en les inscrivant à l'Annexe II. Cette inscription à l'Annexe II n'autorise le commerce de ces espèces dans le seul cas où il ne serait pas nuisible à leur survie.
Le requin renard bénéficie de la protection de l'Annexe II.Le requin renard bénéficie de la protection de l'Annexe II.















Ensuite, le vote final sur les éléphants a eu lieu : la Namibie, l'Afrique du Sud, la Zambie et le Zimbabwe ont refusé d'accepter le consensus des pays de l'aire de répartition des éléphants de tous les transférer à l'Annexe I. Cette coalition s'est expliquée en désignant des populations d'éléphants stables dans leur pays. Au final, la proposition de mettre tous les éléphants sur un pied d'égalité a été un échec.
« Bien que le Botswana ait par le passé montré son soutien aux ventes légales d'ivoire limitées provenant des pays qui gèrent leurs troupeaux de manière durable, nous reconnaissons aujourd'hui que nous ne pouvons plus soutenir ces ventes et nous ne pouvons faire face à ce problème sans faire face à ses conséquences. Nous devons nous unir en solidarité à nos voisins et à la communauté internationale pour mettre fin à cette crise. »
Nous avons hâte de voir ce qu'il va advenir en matière de protection des éléphants.
Tous ces votes vont être soumis à un vote final lors de la session plénière de mercredi.
Félicitations à toute la délégation d'IFAW qui a contribué à faire de cette CITES une réussite pour les animaux.
Azzedine Downes
Enregistrer un commentaire