Carrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM »

Carrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM »: "

Carrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM »Carrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM »

Le 26 Octobre, le groupe Carrefour lance un étiquetage « Nourri sans OGM » pour 300 références alimentaires de produits animaux dans tous ses magasins en France.


Le 26 Octobre, le groupe Carrefour lance un étiquetage « Nourri sans OGM » pour 300 références alimentaires de produits animaux dans tous ses magasins en France.


Cette nouvelle initiative concernera tous les produits Engagement Qualité Carrefour, comme le porc, le veau, volailles, œufs ou poissons d’élevage, peut on lire dans un communiqué de presse.







A cet effet, Greenpeace a tenu à féliciter le groupe pour cette initiative. Pour l’organisme, cette mesure fait écho aux différents guides publiés depuis des années par Greenpeace sur les « produits avec ou sans OGM » et qui palliaient l’absence totale de transparence et d’information sur cette question.











Carrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM »



Arnaud Apoteker, chargé de campagne OGM pour Greenpeace France, déclare dans ce sens : « Dans la logique des « guides des produits avec ou sans OGM », nous sommes en contact régulier avec Carrefour, dont les produits figuraient dans les produits « verts » donc sans OGM sur nos listes. Là, l’engagement du groupe pour une information plus transparente pour les clients en matière de présence ou non d’OGM dans l’alimentation animale devient très concret ».


Greenpeace espère que cette décision d’étiqueter ces produits animaux, qui renvoie au flou de la législation sur l’étiquetage et la définition du « sans OGM », forcera le gouvernement à avancer sur la question de l’étiquetage des produits animaux.


Pour rappel, un décret est désespérément attendu sur cette question, depuis le vote de la loi OGM en 2008.


En France, le projet de loi adopté le 22 mai 2008 laisse le soin au Haut Conseil sur les Biotechnologies de définir les conditions d’étiquetage du « sans OGM ». Pour les éventuels futurs plants autorisés sur le territoire agricole hexagonal, le Conseil devra donc nécessairement prendre en compte la notion de distance de sécurité entre les parcelles transgéniques ou non, qui impacte directement sur les seuils de dissémination et donc de contamination fortuite retrouvés dans les produits alimentaires. Par exemple, un seuil de dissémination de 0,1% nécessite une distance moyenne de sécurité de 500 mètres entre les champs OGM et non OGM. À 0,9%, la distance de sécurité est ramenée entre 50 et 100 mètres.


« Aujourd’hui, concrètement, pour être certains de consommer des produits issus d’animaux nourris sans OGM, les consommateurs n’ont d’autre choix que les produits bio. Pour le reste, c’est l’inconnu. Les français sont très largement opposés aux OGM, à leur présence dans les champs et dans leur assiette, directement ou indirectement. Cette initiative est donc intéressante et nous espérons qu’elle en entraînera d’autres dans la grande distribution et l’industrie agroalimentaire », ajoute Arnaud Apoteker, dans un communiqué de presse.


Aujourd’hui, le groupe Carrefour a choisi d’estampiller 300 produits de sa propre marque « nourri sans OGM », en réponse au souhait des consommateurs de savoir comment le bétail est nourri. Le nouveau logo, vert et rond, « Nourri sans OGM », fera son apparition mardi sur quelque 300 produits (veau, oeufs, …).


« Les consommateurs ignorent si le bétail est nourri avec des aliments génétiquement modifiés ou non, alors que 96% d’entre eux souhaitent ces informations (…) En effet, faute de décret sur l’étiquetage, la réglementation empêche aujourd’hui de les informer correctement», a déclaré James McCann, le directeur exécutif de Carrefour France dans un entretien au JDD.


En contrepartie de la traçabilité mise en place pour éviter toute contamination, les produits seront un peu plus chers, même si Carrefour a choisi d’absorber l’essentiel du surcoût. Les producteurs vendent la viande garantie sans OGM en moyenne 8% plus cher mais l’impact sur le prix de vente sera de 2% environ, détaille le distributeur, expliquent nos confrères de romandie.com.


Pour Greenpeace, si ces 300 références « nourris sans OGM » représentent un pas important, Carrefour doit aller beaucoup plus loin et garantir l’absence d’OGM pour tous ses produits à marque distributeur et dans tous les pays où le géant de la distribution possède des magasins.


Le groupe rappelle qu’il a développé en 1998, par principe de précaution, une filière d’alimentation animale sans OGM, qui regroupe 3.000 producteurs, éleveurs et industriels de l’agroalimentaire. Les produits étiquetés sont garantis sans OGM à 99,1%, ce qui correspond au seuil communément admis.


Dans l’attente du décret du gouvernement sur la définition et l’étiquetage des produits animaux « sans OGM », des marques connues comme « les poulets de Loué » ou les beurres d’Echiré avaient déjà courageusement étiqueté leurs produits en les garantissant « sans OGM ».


Arnaud Apoteker conclut : « Aujourd’hui, via les importations massives notamment du continent américain, les filières animales françaises sont très fortement contaminées par la présence d’OGM sans que le grand public ne le sache. Les filières « sans OGM » sont celles qui subissent le surcoût lié à la ségrégation des filières et doivent donc tenter de valoriser ces efforts. On peut espérer que l’initiative de Carrefour aide suffisamment pour préserver et amplifier le poids des filières « sans OGM » en France. »






Voir aussi :

- Nouveau guide des labels bio alimentaires

- Thon rouge : le WWF salue l’initiative de Maria Damanaki



Retrouvez aussi :

- Toutes les actualités du jour

- Toutes les actualités sur ce thème


viaCarrefour lance l’étiquetage « nourri sans OGM ».



Filed under: OGM "

Commentaires