La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Le bras de fer est engagé !

Chers amis de combat,


Contrairement à ce qu’ont pu dire quelques mauvaises langues en externe (milieu de la torture tauromachique !) et en interne (ce qui est nettement plus grave), la manifestation du 28 mai 2011 à Paris a été un grand succès : 1200 personnes réunies dont 1000 tenant le panneau réalisé pour l’occasion « 2012 : les taureaux voteront ! »

Un immense merci à toutes et à tous, les particuliers et les 160 associations membres du collectif « Non à la honte française ! ». C’est tous ensemble que nous allons y arriver et les associations qui n’ont pas encore rejoint le collectif peuvent encore le faire. Vous pouvez solliciter vos associations en ce sens. N’oublions surtout pas que les associations existent uniquement grâce à leurs membres qui souhaitent toutes et tous l’Union !

Au cours de cette manifestation, de nombreuses personnalités se sont relayées à la tribune, sous un écran géant de 11 m2 loué par le CRAC Europe. On peut citer notamment les députés Muriel Marland-Militello (UMP), Gérard Bapt (PS), Yves Cochet (EELV), le sénateur Roland Povinelli (PS), Julien Bayou, directeur de campagne d’Éva Joly (EELV), Jean-Marc Governatori (AEI) et la chanteuse Stone. Mylène Demongeot était également présente. Par ailleurs, une délégation de cinq représentants — Muriel Marland-Militello, Roland Povinelli et J.-P. Garrigues pour la France, Marta Esteban, de la plate-forme ¡La tortura nos es cultura ! pour l’Espagne, et Marius Kolff, directeur du CAS International, Comité anticorrida, pour les Pays-Bas — du collectif Non à la honte française !, initié par le CRAC Europe, et qui regroupe, pour la première fois dans la lutte anticorrrida, 160 associations, françaises et étrangères, a été reçue pendant plus d’une heure au ministère de la Culture par trois conseillers de Frédéric Mitterrand. Et c’est nous qui avons arrêté la discussion dans la mesure où le sénateur Povinelli devait ensuite participer à une réunion du PS. Il avait bien l’intention d’attaquer frontalement les députés aficionados et Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l’assemblée nationale qui bloque entre 50 et 100 signatures de députés PS. Il est temps que les verrous sautent !

Lors de nos entretiens au ministère, le sénateur Povinelli et la députée Marland-Militello ont été très fermes. Les technocrates du ministère ne s’attendaient certainement pas à cela !
les conseillers du ministre ont reconnu d’une part que notre action citoyenne désorganisait leur service, et que, d’autre part, les conditions de cette inscription étaient très discutables, car sans aucune transparence ni aucune démocratie. Un décret ministériel est d’ailleurs en préparation pour changer les règles d’inscription au patrimoine culturel immatériel de la France.
Nous sommes à la croisée des chemins. Les citoyens des différents pays tauromachiques s’indignent et se mobilisent de plus en plus pour demander à leurs élus d’abolir cette pratique barbare. Sentant le danger, les responsables du mundillo utilisent tous leurs relais pour tenter de protéger la torture publique d’un herbivore.
L’abolition de la corrida va dans le sens de l’histoire. Elle a été votée en juillet 2010 par le parlement catalan espagnol. Son classement au patrimoine français est une indignité. Dans les semaines qui viennent, M. Mitterrand devra entendre la voix de plus en plus forte de l’immense majorité des français qui souhaite l’annulation de cette décision anachronique qui fait de nous la honte de l’Europe.

Dans ce contexte, et suite à la manifestation de samedi, nous avons reçu de très nombreux soutiens du monde de la Culture. Nous disposons depuis hier d’un exemplaire de l’annuaire interne de tous les personnels et responsables du ministère. Nous vous proposons d’intensifier nos actions qui sont déjà efficaces en contribuant par nos protestations (mails, téléphone, Fax et courriers postaux) à « désorganiser » l’ensemble des services du ministère. Nous préparons une sélection « choisie » de coordonnées de responsables que nous allons vous communiquer au plus vite. A ce stade, il n’y a plus aucune raison que nous obéissions aux demandes du ministère de la Culture en appelant un seul numéro dédié pour recevoir nos appels.

A bientôt pour la suite. Nous devons et nous pouvons obtenir gain de cause. Le ministère joue l’enlisement et espère une démobilisation avec le temps. Prouvons lui le contraire !

L’organisation de la manifestation du samedi 28 mai a coûté plus de 6000 euros. Nous lançons une souscription pour pouvoir continuer l’action. Merci par avance. Les chèques sont à envoyer à l’ordre du CRAC Europe, BP 10244, 30105 Alès Cedex.

Bien à vous dans la lutte

Jean-Pierre Garrigues
Vice-président du CRAC Europe
Animateur du collectif
Tél. 06 75 90 11 93
www.anticorrida.com
www.patrimoine-corrida.fr

Commentaires

Anonyme a dit…
oui le combat continue et il sera gagné