La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Deux braconniers capturent 1 445 grenouilles ‘

Deux braconniers capturent 1 445 grenouilles ‘:

12
Une grenouille comestible peut
Une grenouille comestible peut
SAINT-EULIEN (Marne). Le gros gibier n’est pas le seul à se faire braconner, les grenouilles aussi ! A Saint-Eulien, près de Vitry- le-François, deux hommes se sont fait prendre dans la nasse avec 1445 grenouilles rousses.
C’EST la plus grosse saisie jamais réalisée dans la Marne. On ne parle pas de contrefaçons ni de produits stupéfiants… mais de grenouilles ! Originaires du pays vitryat, deux braconniers se sont fait prendre la main dans la nasse avec 1 445 grenouilles rousses et deux crapauds communs qu’ils avaient piégés dans la forêt domaniale de Trois-Fontaines, près de Saint-Eulien.

La saisie a été réalisée par les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) et de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA). « Nous avions repéré une dizaine de nasses déposées autour de deux points d’eau alimentés par les méandres d’une rivière », explique Frédéric François, chef du service départemental de l’ONCFS.

« La surveillance mise en place à permis de surprendre les deux individus arrivés en voiture pour relever leurs pièges. Ils les avaient posés trois jours plus tôt. »
Prison et amende

Les 1 445 grenouilles ont été remises dans leur milieu naturel avec les deux crapauds. Interpellés la première fois pour ce type de faits, les braconniers, quant à eux, ont fait l’objet d’une procédure longue comme le bras : « enlèvement et capture de crapauds » (délit puni d’au plus 6 mois ferme et 9 000 € d’amende car il s’agit d’une espèce protégée) ; « capture des grenouilles en temps prohibé » (car période de reproduction), « utilisation d’engin prohibé » (les nasses), « pose de ces engins de nuit », « pêche sans carte » et « pêche sans être membre d’une association agréée » (autant de contraventions qui peuvent aller jusqu’à 1 500 € d’amende).
Appétit gargantuesque

Interrogés, les braconniers ont affirmé qu’ils se réservaient les 1 445 grenouilles… pour leur consommation personnelle ! Ce ne sont pourtant pas Gargantua père et fils, mais plutôt deux fieffés menteurs qui n’ont pas voulu reconnaître qu’ils escomptaient les revendre sous le manteau (ce qui aurait aggravé leur cas car en faire commerce illégalement est un délit supplémentaire).

Une grenouille rousse peut se revendre 30 à 40 centimes l’unité. Seules les personnes disposant d’une autorisation officielle de production sont autorisées à en vendre. Le marché clandestin peut alimenter de simples particuliers mais aussi, et surtout, les milieux de la restauration, comme en témoignent plusieurs affaires survenues dans des régions où le braconnage de batraciens est très répandu.

Ainsi, parallèlement à la saisie de 200 nasses remplies de 22 000 grenouilles en Haute-Saône, au mois de mars 2009, une série de contrôles dans onze restaurants avait épinglé deux d’entre eux incapables de produire un justificatif d’origine des grenouilles. Et tout récemment, le 12 mars, toujours en Haute-Saône (l’union du 18), l’Est républicain a révélé l’arrestation d’un braconnier qui en était déjà à 2 400 grenouilles rousses capturées depuis le début de la saison. D’après ses déclarations, il en avait vendu la moitié à des restaurateurs.

Fabrice CURLIER
viaDeux braconniers capturent 1 445 grenouilles | L’Union.

Classé dans:ANTI BRACONNAGE, JUSTICE, Petites bébettes

Commentaires