Dans le cadre de la Journée mondiale pour sauver les ours, RADIO PAROLE D'ANIMAUX propose à un groupe d'enfants d'apprendre à réaliser une interview radio !

Lors de cet atelier, les enfants écriront les questions qu'ils souhaitent poser aux associations, puis iront à la rencontre des responsables associatifs afin d'enregistrer leurs réponses.

Les interviews seront ensuite diffusées à la radio !

Place très limitées ! Merci de ne réserver que si vous pourrez réellement participer !


Mobilisation autour d’un cheval laissé à l’abandon – Région d’Amiens – Info locale – Actualités – Votre actualité quotidienne locale, régionale et nationale – Information Picardie, Somme, Oise, Aisne

Mobilisation autour d’un cheval laissé à l’abandon – Région d’Amiens – Info locale – Actualités – Votre actualité quotidienne locale, régionale et nationale – Information Picardie, Somme, Oise, Aisne:
Il y a quelques jours, l'étalon «amaigri et boiteux» était encore dans une pâture. Son propriétaire l'aurait «rentré dans un hangar attenant».
Il y a quelques jours, l’étalon «amaigri et boiteux» était encore dans une pâture. Son propriétaire l’aurait «rentré dans un hangar attenant».
Depuis un mois, une enquêtrice pour la Fondation assistance aux animaux se bat pour un étalon «laissé à l’abandonpar son propriétaire».
Elle le reconnaît, les chevaux ne sont «pas son rayon ». D’habitude, Cathy Delnoy, enquêtrice doullennaise pour la Fondation assistance aux animaux (FAA), s’occupe des chiens. À l’instar de Biscuit et Curtis, deux petits chiens sous-alimentés qui ont vécu un véritable calvaire (lire Courrier picard du 16 mars 2 012).
Mais depuis le début du mois de septembre, la militante pour le droit des animaux remue ciel et terre pour un étalon de 22 ans, «laissé quasiment à l’abandon par son propriétaire dans un hangar, à Milly-Lès-Doullens ». «Le 7 septembre, des habitants de Milly m’ont alertée pour me signaler le cas d’un cheval malheureux, se souvient Cathy Delanoy. Il était dans une pâture, très amaigri. Ce n’est pas un état acceptable pour un animal. »

Tentative de solution à l’amiable

La Doullennaise décide alors de lancer son enquête : recueil de témoignages, photographies et vidéos de l’animal, sollicitations des associations spécialisées dans les chevaux, etc. En interrogeant le voisinage, l’enquêtrice apprend «que la situation dure depuis longtemps » et «que des personnes extérieures nourrissent le cheval de temps en temps avec du pain, de la paille… »

Très rapidement, Cathy Delanoy contacte puis rencontre le propriétaire du cheval, un commerçant doullennais. «J’ai essayé de trouver une solution à l’amiable, poursuit-elle. Il m’a répondu que son animal était vieux et qu’il avait de l’arthrose. Que c’était normal pour un animal de 22 ans et que tout allait bien. Que de toute façon, son cheval n’avait pas vu de maréchal ferrant depuis 15 ans. Et que si je voulais qu’il en voie un, il fallait que je le paie de ma poche. »

Un dépôt de plainte pour maltraitance sur animal

Face à ce dialogue de sourds, l’enquêtrice porte plainte, le 17 septembre, à la gendarmerie de Doullens. Le motif ? Mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal domestique, apprivoisé ou captif. «Quelques jours après, j’ai appris que le propriétaire avait acheté cinq sacs de granulés pour chevaux dans un magasin spécialisé de Doullens, ajoute Cathy Delanoy. Lorsque je me suis rendue sur place le 21 septembre, l’étalon était couché dans sa pâture. J’ai cru qu’il était mort. Il a mis du temps à se relever et venir me voir à la barrière de barbelés. Il boite encore et on voit ses côtes. »
Le 25 septembre, Cathy Delanoy apprend que le propriétaire a rentré l’animal «dans un hangar en guise d’étable, sans foin ni paille et au milieu de crottin. » Pourtant elle n’est pas près de lâcher l’affaire. L’enquêtrice multiplie encore les envois du dossier du cheval de Milly à des associations picardes et arrageoises. Elle vient de recevoir le soutien de la Fondation Brigitte Bardot «qui devrait se constituer partie civile », aux côtés de la FAA.
L’enquêtrice souhaite désormais faire constater la situation par un huissier de justice et «obtenir un rendez-vous avec le maire de Doullens pour qu’il prenne un arrêté ». «Je suis déterminée. Je ne laisserai pas ce cheval dans cet état. Il est maltraité, c’est un martyr. J’irai jusqu’au bout pour le sortir de là, affirme-t-elle. D’autant que des associations m’ont déjà contactée pour le récupérer. ».
ALEXANDRA MAUVIEL
viaLe Courrier picard – Mobilisation autour d’un cheval laissé à l’abandon – Région d’Amiens – Info locale – Actualités – Votre actualité quotidienne locale, régionale et nationale – Information Picardie, Somme, Oise, Aisne.

Commentaires