Ces bêtes qu’on abat : L’électronarcose par la pince électrique

Ces bêtes qu’on abat : L’électronarcose par la pince électrique:
 C'est une saga qu'aucun scénariste n'aurait le courage d'écrire. Les films les plus gores ne sont que des comédies Walt Disney en comparaison. Les plus courageux d'entre vous auront sans doute du mal à la suivre jusqu'au bout...

C'est la saga interdite aux profanes.

AlmaSoror est fière de proposer sur son site l'extraordinaire saga de la viande. Celle qu'on ne lit jamais, celle dont on entend jamais parler, celle qui a lieu dans des endroits où l’œil citoyen ne peut pénétrer.

Si vous ne vous sentez pas capable de la lire, sachez que l'enquêteur l'a écrite. Sachez que des milliards d'individus la vivent aux portes de nos villes. Si vous n'êtes pas capable de la lire et que vous êtes capable de consommer le résultat, alors vous êtes un merveilleux citoyen du Meilleur des Mondes.

Voici donc le journal de Jean-Luc Daub, enquêteur dans les abattoirs français.
 Ces bêtes qu'on abat peut s'acheter en version imprimée :

L’électronarcose par la pince électrique

 L’électronarcose est un procédé provoquant un évanouissement par un courant électrique qui traverse le cerveau. On procède à cet acte avant la saignée.
Le décret n° 80-791 du 1er octobre 1980 rend obligatoire l'immobilisation des porcs avant tout abattage ainsi que leur étourdissement avant leur suspension et/ou mise à mort, à l’exception des abattages d'extrême urgence ou rituels. Le premier décret à ce sujet est celui de 1964 obligeant un étourdissement avant tout abattage, sauf dans le cadre de l’abattage rituel. Ce décret a été pris sur la demande de Madame Jacqueline Gilardoni, qui avait créé une association qui œuvrait à l’assistance des bêtes d’abattoirs. Le sort réservé aux animaux d’élevage l’avait amenée à devenir végétarienne par amour et par respect des animaux.
Il existe trois méthodes couramment employées pour l’étourdissement des porcs : l’étourdissement au CO2 dans des fosses, l’étourdissement automatique au bout d’un Restrainer ou d’un Midas, et l’étourdissement à la pince manuelle. L’étourdissement électrique a fait son apparition dans les années 1920, le gaz dans les années 1950.
La méthode d’étourdissement par le gaz dans des fosses est source de souffrance, car les animaux sont conduits sur une nacelle qui les y descend. Cette première étape les apeure. Plus ils descendent, moins il y a d’oxygène, la panique s’empare d’eux, il s’ensuit la recherche de l’air, des convulsions, une suffocation et la perte de connaissance intervient alors seulement.
L’autre méthode plus efficace est l’utilisation d’un Restrainer ou d’un Midas avec un étourdissement électrique automatique. Dans le Restrainer, sorte de long tunnel, les porcs sont convoyés en étant coincés entre deux bandes latérales qui les entraînent vers des broches électriques. Dans le Midas, sorte de tunnel également, les porcs sont amenés vers les broches en étant transportés par le dessous. Lors du passage dans ce tunnel, des broches entrent en contact avec la tête et provoquent une électronarcose1. Parfois une plaque supplémentaire vient s’appliquer au niveau du cœur pour provoquer un arrêt cardiaque. Lorsque ces appareillages sont bien réglés, bien que ce tunnel soit une source de frayeur qu’atteste une augmentation du pH (niveau d’acidité dans les tissus musculaires) due au stress intense provoqué par toute cette mécanique, l’électronarcose, elle, est assez efficace et généralement radicale : les porcs perdent conscience. Toutefois, une synthèse technique rédigée à ce propos par l’Institut Technique du Porc relève que « les anesthésies électriques et au gaz restent imparfaites quant aux défauts engendrés sur les carcasses (points de sang, hématomes, fractures, baisse du pH) et laissent des incertitudes par rapport à la rapidité et la durée de la perte de conscience totale »2.
L’utilisation manuelle de la pince électrique, assez aléatoire, peut être pire. Son efficacité varie selon le passage du courant entre la bête et le sol, selon que l’animal a été aspergé d’eau ou non, selon l’endroit d’application de la pince par l’employé sur le porc, selon l’état d’entretien de la pince, et surtout selon son réglage (ampérage, voltage, temporisation…). La durée d’application est également importante. Elle varie en fonction de la présence d’une temporisation sur la pince. S’il n’y en a pas, elle est laissée à l’appréciation de l’employé, ce qui est trop aléatoire. Bref, tous ces éléments mettent en question son efficacité, sans parler d’un manque d’uniformisation des méthodes d’utilisation des pinces électriques manuelles ; c’est un problème que j’ai remarqué de nombreuses fois. Mes observations en abattoir corroborent les propos de l’Institut Technique du Porc : « Aujourd'hui encore, l'opération d'étourdissement n'a fait l'objet que de peu d'études dans quelques pays comme le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni en Europe. En France, cela concerne le bien-être et la qualité des carcasses de plus de 26 millions de porcs abattus annuellement »3.
Avec une application, qui dure parfois plus de 25 secondes, d’une pince réglée à un voltage très bas, l’étourdissement s’apparente à une séance de torture à l’électricité. L’animal devrait subir un choc électrique instantané qui le plonge immédiatement dans un état d’inconscience afin qu’il ne ressente pas la douleur de la saignée. J’ai vu trop souvent dans plusieurs abattoirs une utilisation désastreuse de la pince. L’application doit être faite derrière les oreilles pour que le courant choque le cerveau. J’ai déjà vu l’application sur les épaules, sur l’arrière-train de coches, dans les yeux, ou sur le cœur. Dans un abattoir de Bretagne qui était en réfection, le système et la pince était si vétuste que les porcs hurlaient pendant l’application de la pince ; cela durait longtemps avant qu’ils ne s’écroulent. Dans d’autres abattoirs, la pince est appliquée si longtemps que l’animal est mis à mort par électrocution. Une enquête commandée par la commission Européenne (1989) et publié dans la revue Pig International (juin 1990) estime que 90 % des porcs sont tués par le choc électrique, les autres étant seulement étourdis. Cette enquête effectuée dans 39 abattoirs porcins et 12 pays a montré des variations considérables entre les voltages et ampérages pratiqués. Par exemple pour une intensité de 240 V (≈1,25 A), la durée d'anesthésie variait de 1-2 secondes à 12-16 secondes4.
La pince doit plonger dans un étourdissement brutal et sans douleur, et c’est la saignée qui doit provoquer la mise à mort. J’ai également vu des porcs si peu étourdis qu’ils étaient suspendus se débattant par les pattes ; ils étaient donc parfaitement conscients au moment de la saignée. Les porcs sont également souvent conscients au moment de la saignée parce qu’il s’écoule trop de temps entre l’électronarcose, la suspension et la saignée. Parfois un réglage assez bas du voltage occasionne volontairement un mauvais étourdissement. Cela est fait pour préserver la qualité de la viande afin de ne pas avoir de problème sur la carcasse (pétéchies, fractures des épaules, déchirements musculaires notamment des jambons…). Ces problèmes sont liés à une mauvaise installation, de mauvais réglages, une mauvaise utilisation de la pince, et à un manque de formation de l’utilisateur. Il faudrait uniformiser les installations et la méthode d’utilisation de la pince manuelle.

Il existe plusieurs types de pinces pour les cochons : la pince Schermer, Etime, Morphée, et Ninjhuis. Je vais illustrer ce chapitre par la triste visite d’un abattoir de truies que j’ai effectuée à la fin de l’année 2008, en Bretagne. C’était un abattoir spécialisé dans l’abattage des coches de réforme. Il travaille à une cadence de 70 bêtes par heure. Cela parait peu, par rapport à un abattoir qui peut faire passer sur la chaîne d’abattage 500 à 700 porcs à l’heure. Cependant, les coches sont plus difficiles à manipuler et à abattre. Les coches étaient menées à l’aide d’une pile électrique allègrement utilisée. Ces grosses bêtes avaient du mal à marcher et ne voulaient pas rentrer dans le couloir de la mort. Une fois dans ce couloir, certaines tentaient de faire demi-tour, et c’est encore à coups de pile électrique que le porcher leur rappelait la direction fatale. Un employé faisait entrer une truie après l’autre dans un piège rectangulaire ouvert sur le dessus. Une porte latérale très lourde se refermait derrière elles, en leur percutant sans ménagement l’arrière-train. Je ne vous parle pas avec sensiblerie (je n’ai pas plus de sensiblerie qu’un escargot), mais le regard désespéré de ces truies qui ne comprennent pas ce qui se passe, mais qui sentent bien que rien ne va plus, ne peut vous laisser indifférent. La personne qui m’accompagnait a fondu en larmes lorsque nous sommes retournés à la voiture pour repartir.

L’employé tentait d’appliquer la pince de type Ninjhuis, alors que les coches baissaient la tête pour ne pas se laisser attraper par le tueur. L’application se faisait derrière les oreilles, parfois dans les yeux. Il s’agit normalement, dans le cadre d’une électronarcose, d’un choc électrique qui fait s’écrouler instantanément l’animal à terre. Il n’en était rien. La pince était appliquée beaucoup trop longtemps, jusqu’à 45 secondes. Les truies se crispaient et relevaient la tête en contractant les muscles pendant que les décharges électriques (qui véritablement les faisaient souffrir) traversaient leur corps. Elles ne s’écroulaient au sol, lâchant prise, que plusieurs dizaines de secondes plus tard. Ensuite, l’employé insistait encore sur le cœur car, me disait la responsable, si l’on ne fait pas comme cela, lorsqu’elles sont suspendues et qu’on veut les saigner, elles donnent des coups de pattes et c’est dangereux pour le tueur. C’est donc encore une fois l’animal qui « trinque » pour le confort de l’humain. Certes, la sécurité des employés était engagée, mais justement les installations mal conçues ne permettaient pas une bonne sécurité du personnel. J’ai pu constater l’absence du tableau électrique auquel est normalement reliée la pince : il se trouvait dans une autre pièce. Pourtant l’arrêté du 12 décembre 1997 relatif aux procédés d'immobilisation, d'étourdissement et de mise à mort des animaux et aux conditions de protection animale dans les abattoirs (Annexe III - paragraphe 5 point A alinéa 2) précise pour le boîtier électrique qu’il doit :

« a) être pourvu d'un dispositif mesurant l'impédance de la charge et empêchant l'appareil de fonctionner si le courant minimal requis ne passe pas ;

b) être pourvu d'un dispositif sonore ou visuel indiquant la durée d'application à un animal ;

c) être connecté à un dispositif, placé de manière à être nettement visible pour l'opérateur, indiquant la tension et l'intensité du courant. »

Nous étions en 2008 au moment de la visite de cet abattoir, onze ans après l’arrêté. Nous sommes en droit de nous poser la question suivante : qu’ont mis en place les autorités compétentes qui sont chargées de vérifier la mise en application des réglementations de protection animale en abattoir ?
Selon la responsable de l’abattoir, les truies sont aspergées d’eau pour un meilleur passage du courant vers le sol via l’animal, mais nous n’avons rien vu de tel. Personne n’effectuait cette opération pourtant recommandée.
Dans cet exemple d’abattage de coches de réforme, si leur vie a été misérable en élevage intensif, leur mise à mort est elle aussi cruelle. Leur souffrance ne connaît aucun répit.
Autre exemple de mauvaise utilisation manuelle de la pince électrique dans un abattoir de la région Picardie. Voici ce que j’ai constaté. Je commence par l’abattage des porcs et des ovins. Les porcs sont emmenés calmement par groupe de 10 à 15 dans le local d’abattage. L’employé se saisit d’une pince électrique ÉTIME, boîtier AGR 84 OP qu’il applique de façon très précise derrière les oreilles, mais durant très peu de temps, à peine une seconde. L’animal tombe aussitôt, il semble étourdi, l’intensité est puissante. La pince électrique est proprement appliquée (derrière les oreilles), mais pas assez longtemps. Les cochons devraient être saignés tout de suite, car certains se réveillaient avant même d’être suspendus. L’employé ne procédait pas à une seconde application, alors même que des porcs hurlaient pendant la suspension.
Durant la suspension et avant la saignée, j’ai pu voir des porcs qui suivaient du regard les déplacements du deuxième employé. Certains porcs sous l’effet de l’électronarcose étaient raides et contractaient les pattes avant pendant la suspension. Au sol et pendant la suspension, certains se relâchaient. On pouvait voir qu’ils étaient réveillés. Ils s’agitaient énormément. Quelques-uns hurlaient pendant et même après la saignée qui était effectuée avec un trocart. Certains étaient encore conscients et ont hurlé largement après la saignée. J’ai effectué le test occulopalpébral avant et après la saignée sur plusieurs porcs. Il s’est révélé positif de nombreuses fois sur des porcs qui n’avaient pas perdu conscience.
La saignée est effectuée à l’aide d’un trocart pour la récupération du sang. Le trocart est appliqué sous la gorge, à la hauteur de l’œsophage. L’employé ne fait qu’une petite entaille et le laisse quelques instants dans la gorge. Parfois, l’employé remuait le trocart dans l’orifice effectué. Un porc, après la saignée, s’est décroché tant il s’était débattu. Il s’écoulait entre 30 et 35 secondes de l’électronarcose jusqu’à la saignée. Le temps plus rapide a été de 25 secondes et le plus long de 40 secondes sur la cinquantaine de porcs que j’ai vus. Ce qui prend du temps, c’est la rampe qui est haute et la montée de la chaîne jusqu’au poste de saignée. Un réglage plus puissant de la pince permettrait une bonne anesthésie et empêcherait que les porcs se réveillent une fois suspendus. Mais ce petit réglage et cette courte application sont volontaires. Car avant, la conséquence d’une électronarcose plus longue laissait apparaître des dégâts sur les carcasses. Des fractures au niveau des échines, sur les fémurs, aux épaules et des déchirements au niveau du jambon, ainsi que du purpura étaient retrouvés sur la viande.
Ces problèmes sont apparus depuis les rénovations et l’installation du nouveau boîtier. L’ancien boîtier ETIMA ne posait pas de problèmes. Les porcs étaient arrosés d’eau et les employés utilisaient la temporisation. Le responsable de production a fait venir deux fois des électriciens, en plus du technicien qui a installé le boîtier ETIMA. Ce dernier a même fait une démonstration sur un cochon en lui appliquant la pince derrière les oreilles, puis sur le côté du cœur. Les résultats ont été pires. Les employés ont également essayé de les doucher, mais, ce fut encore pire. Il apparaissait, en plus, des problèmes sur les poumons qui devenaient rouges et se couvraient de pigments de sang.
Depuis, l’abattoir a essayé de trouver un compromis en appliquant la pince durant un temps très court et à une faible intensité. Le boîtier est réglable à 180 V pour les agneaux, 220 V pour les moutons, 275 et 330 V pour les porcs, 325 V pour les coches de moins de 200 kg et 370 V pour les autres coches.
En comparaison avec d’autres abattoirs, les porcs saignés au trocart semblaient mettre plus de temps à mourir que ceux saignés au couteau, surtout si l’étourdissement n’est pas efficace. De plus, le sang s’écoule moins vite avec le trocart. Le trocart est une sorte de grosse seringue formée de deux lames avec un trou au milieu. Il est relié à un tuyau pour la récupération du sang par aspiration. (La récupération du sang par une saignée au couteau est interdite). Le tueur le plante sous la gorge au niveau de la trachée (point appelé aussi « trou épaule ») et le laisse un petit moment pendant que le sang s’écoule dans le tuyau.
Le sang s’écoule moins vite qu’un égorgement qui serait effectué de côté en sectionnant les veines jugulaires et les carotides. Si l’électronarcose est mal faite, l’animal reste conscient et meurt lentement comme pendant l’abattage rituel.
Concernant les abattages des ovins, les seuls problèmes que j’ai rencontrés concernaient les agneaux de 100 jours qui sont sensibles à l’électronarcose et dont la viande présente ensuite du purpura. Pour les moutons adultes, l’étourdissement se passait mieux, selon le responsable, que pour les porcs. C’est la même personne qui étourdissait et pratiquait la saignée pendant la montée, donc c’est très rapide. La différence est que le sang n’est pas récupéré et les moutons sont saignés avant d’atteindre le poste où se trouve le trocart.
On peut constater, ici, que les porcs sont insuffisamment étourdis de façon délibérée, pour diminuer les conséquences d’une électronarcose mal adaptée. Dans un Restrainer à étourdissement automatique, en général, si l’électronarcose est bien réglée, et si la saignée intervient dans la foulée, il n’y a pas de conséquence sur la viande. Cependant le Restrainer stresse beaucoup les porcs, et fait par conséquent augmenter l’acidité dans la viande. Les porcs sont terriblement apeurés par cette espèce de tunnel qui les absorbe en les entraînant par deux bandes latérales vers des broches électriques.



1 Exemple de réglage moyen pour un Midas qui fonctionnait bien pour des porcs charcutiers : 1,3 ampère – 150 à 220 volts sur les broches et 100 volts sur la plaque qui permet une défibrillation du cœur.

2 L’anesthésie des porcs (extrait d’une synthèse bibliographique de l’Institut Technique du Porc de 1998)

3Techni Porc, volume 21, n°4, 1998.

4 Source ITP.

Commentaires