AGIR AVEC NOVISSEN


Merci de participer à notre « courriel action » !
pendant une semaine
pour dire

« NON à la SOURDE OREILLE !!! »

Poursuivons notre action des
« 2000 lettres à Philippe Martin, Ministre de l’Ecologie »

Concrètement, nous vous proposons d’envoyer et de faire envoyer des mails
chaque jour de la semaine du 18 au 23 novembre
Avec, si possible, des textes différents,
(mais des « copiés-collés » feront aussi l’affaire)
aux deux adresses suivantes :

1) Au Ministre de l’Agriculture :

Pensez à variez vos thèmes (en restant courtois).
Pour avoir une chance d’être lus, 
évitez d’annoncer dans l’objet : « Problème des 1000 vaches »

 2) Au Ministre de l’Ecologie :

Faites un clic droit sur « Accéder au formulaire de contact » ; puis cliquez « Ouvrir ».
Variez les thèmes pour atteindre divers services : « Risques émergents, déchets, chimie et agriculture »,
« Eau et biodiversité », « Energie », « Recherche et innovation », « Risques technologiques ».

*********************

Exemple de message (à adapter ou à transférer tel quel) :

Monsieur Le Ministre,
J’ai l’honneur de vous rappeler que je fais partie des citoyens qui, de façon forte et insistante, ont demandé la mise en place d’un moratoire concernant la construction de fermes-usines géantes, telles l’élevage laitier dit « des 1000 vaches » que Monsieur Ramery, entrepreneur de BTP, est en train de construire à Drucat-Le Plessiel et Buigny Saint-Maclou, dans la Somme. A l’appui de cette demande, nous sommes en mesure de montrer les dangers insensés que fait courir l’industrialisation de l’élevage, et l’absence actuelle de législation adaptée.
A ce jour, je n’ai reçu aucune nouvelle de ma demande.
L’association NOVISSEN, en lutte depuis plus de 2 ans, comptant plus de 2100 adhérents, n’est reçue ni par le Préfet de la Somme, Jean-François Cordet, ni par vos Services. Elle ne peut ni s’expliquer, ni obtenir de réponse.
Cette situation, incompréhensible et profondément choquante, fait le jeu du promoteur qui continue de s’installer.
J’ai le regret de vous faire savoir que je me sens humilié(e) et révolté(e). En gardant toutefois l’espoir d’une issue réellement rapide, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.
Signature :

Commentaires