La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Actuellement il y a une polémique à propos d'un film sur la campagne Grind que devait réaliser Loan Ego ! Réponse à la polémique autour du film de Loan

Actuellement il y a une polémique à propos d'un film sur la campagne Grind que devait réaliser Loan Ego !
Voici la réponse de Lamya la Présidente de Sea Shepherd France , merci d'en prendre connaissance :
Réponse à la polémique autour du film de Loan-
Loan Ego a récemment fait paraitre un texte à l’attention des personnes qui ont financé son projet de “film pour Sea Shepherd”. Dans son courier à ses donateurs, il affirme que Sea Shepherd France est revenu sur son autorisation d’utilisation des images qu’il a filmées sur la mission Grindstop2014.
C’est faux.
Dès le depart, Loan Ego a lancé un appel au don sur Ulule, utilisant les images de Sea Shepherd, le nom de l’organisation et notre campagne en preparation aux iles Féroé pour lever des fonds sans demander d’autorisation préalable. Il nous a contacté seulement à posétriori, une fois le projet déjà présenté au public, sans credit sur les photos pour les photographes auteurs des clichés et pour Sea Shepherd (credits qu’il a fallu lui demander d’ajouter clairement à deux reprises). L’erreur de la part de Sea Shepherd France s’il y’en a eu une dans cette affaire, a été d’autoriser la poursuite de cet appel au don de Loan Ego. (On peut s’interroger sur le fait qu’ULULE ai autorisé la mise en place de cette collecte sans même avoir vérifié au préalable sa légitimité auprès de Sea Shepherd).
Par ailleurs, Loan Ego a présenté son projet de la sorte” Je pars risquer ma vie pour filmer la campagne”. Quiconque lisant ceci et connaisant Sea Shepherd est donc légitiment en droit de comprendre (nous y compris) que Loan Ego prévoyait de filmer le coeur de l’action de Sea Shepherd, celle la même qui comporte un risque potentiel, c’est à dire, les bateaux d’intervention. Or, et ce, malgré les conseils préalables d’une de nos cadreuses, Loan Ego a choisi d’acheter un materiel video complètement inadapté à ce genre de mission. Il ne pouvait l’ignorer au moment de l’achat du materiel, il avait été prévenu. Une fois sur place aux iles Féroé, la seule partie maritime de l’opération qu’il pouvait éventuellement filmer, était à bord du Columbus, un bateau sentinelle que la Fondation Brigitte Bardot nous a aide à affreter. Ce bateau n’est absolument pas adapté ni missioné pour l’intervention dans un massacre. Loan s’est finalement rabattu sur des volontaires l’équipe à terre. Ce qui peut être un angle tout à fait honorable, dès lors que l’on n’a pas “vendu” son projet en affirmant aux gens que l”on partait risquer sa vie pour filmer l’action de Sea Shepherd”.
Du fait de son projet, nous comptions sur Loan Ego pour nous aider à collecter des images d’intervention (les plus difficiles à obtenir), ça n’est qu’une fois sur place aux iles Féroé, qu’il nous a affirmé qu’il ne serait pas en mesure de le faire avec le type de materiel vidéo qu’il avait choisi d’acheter avec les donc collectés. Des cadreurs qui voulaient embarquer avec nous sur la mission se sont rétractés parce qu’ils avaient vu la communication du projet de Loan Ego sur la mission. Nous avons donc perdu en couverture vidéo efficace.
Sur place, Loan Ego, comme tous ceux qui portent des vêtements Sea Shepherd siglés “Sea Shepherd” a été assimilé par les féringiens comme un membre de Sea Shepherd, bien qu’il ne le soit pas dans les faits. Loan Ego jugeait bon de qualifier les féringiens de psychopathes sur sa page Facebook (ouverte au public), ce qui nous a été reproché par plusieurs féringiens (non participants au grind) et ce qui a nuit aux rapports de communication que nous nous efforçions d’établir avec les féringiens concernés. Ce problème a été porté à l’attention de Loan Ego qui a simplement répondu “qu’il disait ce qu’il pensait” et qui a bloqué l’accès à sa page facebook aux membres de Sea Shepherd qui pouvaient lui faire des reflexions sur ses posts. Loan Ego est resté aux iles Féroé 3 semaines sur une mission de 3 mois et demi. Une fois rentré en France, ce sont les volontaires de Sea Shepherd restés sur place qui ont du gérer les dégats qu’il a provoqués dans notre travail de sensibilisation de la population, tâche déjà ô combien difficile.
Au vu de tous ces faits, Sea Shepherd France a décidé de demander à Loan Ego un droit de regard sur son film. Ce qui semble d’autant plus légitime que dès le depart, Loan Ego avait présenté à l’organisation son projet comme un film pour Sea Shepherd, dont le but était d’aider l’organisation à diffuser un message. Sea Shepherd n’a pas interdit l’utilisation des images tournées par Loan Ego, comme il le pretend.
Extrait du courier d’avocat de Sea Shepherd France: “Au regard de ce qui précède, je vous saurais gré de bien vouloir me confirmer par retour que vous n’entendez nullement faire usage d’images se rapportant de près ou de loin à ma cliente, pour quel que motifs que ce soit, sans avoir obtenu préalablement son consentement.
(…)
Espérant sincèrement trouver une issue favorable, je vous prie de croire, Cher Monsieur, en l’expression de mes salutations distinguées.”
Loan Ego a choisit de lui même de renoncer à toute utilisation des images qu’il a tournées aux iles Féroé et il a choisi avec soin des extraits du courier pour appuyer sa version des faits. (L’intégralité du courier en question est disponible).
Cette affaire nous aura finalement fait plus de tord qu’autre chose, surtout quand Loan Ego choisit de diffuser auprès des soutiens et donateurs de Sea Shepherd, une version des faits qui est compètement biaisée et qui le place dans une position de victime qui laisse penser que Sea Shepherd n’a pas tenu parole et l’a censuré.
Nous sommes désolés pour toutes les personnes qui ont choisi de soutenir financièrement le projet de Loan Ego, pensant aider Sea Shepherd. Les 8000 euros collectés par Loan Ego auraient sans doute été bien plus utiles s’ils avaient pu nous permettre d’acheter notre propre materiel vidéo et filmer la mission avec nos propres volontaires.
L’erreur ne se reproduira pas, suite à cette affaire, nous n’autoriserons plus aucune collecte de fond de particulier utilisant le nom de l’organisation ou une de nos campagnes.
Lamya Essemlali
Présidente Sea Shepherd France

Commentaires