Aidez nous à financer la radio



Aidez nous à continuer à faire vivre la radio!





Retrouvez la radio

Retrouvez la radio
28 avril Paris

Les dernières prises de position politique concernant les animaux


 

Ces personnalités politiques souhaitent un projet de loi conférant aux grands singes le statut de «personnes non humaines»

Soumis par Thierry Lherm
Le 8 avril 2018,
12 politiques ont agi pour les animaux
Nous savons aujourd’hui que le plus proche parent du chimpanzé n’est pas le gorille… mais l’humain !
Cher Nicolas Hulot, nous comptons sur vous pour (...) Proposer au Parlement l’adoption d’une loi reconnaissant, dans notre droit, aux sept espèces de grands singes, un statut législatif particulier de « personnes non humaines ».
Que la France prenne, sur cette cause, le leadership à l’International et à l’Unesco en portant le projet d’une résolution reconnaissant une valeur particulière des grands singes comme espèces patrimoine mondial de l’Humanité.
(extraits de la tribune)
share on Twitter Like Ces personnalités politiques souhaitent un projet de loi conférant aux grands singes le statut de «personnes non humaines» on Facebook
 

 

Corrida: le porte-parole du Gouvernement «irait en voir une avec plaisir si on l’invitait»

Soumis par Thierry Lherm
Le 30 mars 2018,
Benjamin Griveaux (LREM) a agi contre les animaux
Il me serait difficile de donner mon opinion sur quelque chose qui suscite la ferveur dans les arènes. En général, je ne me prononce pas quand je ne connais pas". Avant d’ajouter qu’"il faut toujours découvrir avant de se faire une opinion", et qu’il irait en voir une avec plaisir si on l’invitait.
'extrait de l'article du Midi Libre)
share on Twitter Like Corrida: le porte-parole du Gouvernement «irait en voir une avec plaisir si on l’invitait» on Facebook
 

 

La députée Émilie Guerel demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Thierry Lherm
Le 3 avril 2018,
Émilie Guerel (LREM) a agi pour les animaux
Selon un sondage, commandé par L214 et réalisé par la société YouGov en février 2018, plus de 8 Français sur 10 se prononcent aujourd'hui pour l'interdiction des élevages d'animaux à fourrure sur le territoire français. (...) Face à cette problématique grandissante, elle souhaite savoir si le Gouvernement entend prendre des dispositions concernant l'élevage d'animaux à fourrure en France.
(extrait de la question)
share on Twitter Like La députée Émilie Guerel demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 

 

Le président de la région ARA annonce un nouveau plan de subventions massives aux chasseurs

Soumis par Patrice L214
Le 24 mars 2018,
Laurent Wauquiez (LR) a agi contre les animaux
En 2016, le plan chasse adopté par la région Auvergne Rhône-Alpes prévoyait une enveloppe de 3 millions d’euros. Une manne inespérée pour les chasseurs qui voyaient là, avec l’arrivée de Laurent Wauquiez, leur budget multiplié par quarante. Rebelote dès 2019. (...) Laurent Wauquiez, lui, n’en démord pas : « la chasse est bien plus qu’un loisir : c’est un art de vivre, une part importante de notre culture, de notre histoire, de notre identité.
(extrait de l'article de Place Gre'net)
share on Twitter Like Le président de la région ARA annonce un nouveau plan de subventions massives aux chasseurs on Facebook
 

 

Proposition de loi N° 828 visant à donner aux chevaux le statut d'animal de compagnie

Soumis par Thierry Lherm
Le 29 mars 2018,
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) a agi pour les animaux
Article unique
Au début de la sous-section du chapitre II du titre Ier du livre II du code rural et de la pêche maritime, il est inséré un article L. 212-9 A ainsi rédigé :
« Art. L. 212-9 A. – Le cheval est un animal de compagnie tel que défini par les dispositions du présent codeà l’article L. 214-6. »
share on Twitter Like Proposition de loi N° 828 visant à donner aux chevaux le statut d'animal de compagnie on Facebook
 

 

Ces députés demandent davantage de mesures contre les loups et un abaissement de leur protection

Soumis par Samuel L214
Le 27 mars 2018,
13 politiques ont agi contre les animaux
L'objectif affiché par les représentants de la profession agricole est de zéro attaque sur les troupeaux. Supprimer les tirs de prélèvement et ne pas les autoriser à l'ensemble des éleveurs durant toute la campagne, ne saurait aboutir à cet objectif.
Devant la recrudescence du nombre des loups, notamment dans le sud Meurthe-et-Moselle, ne convient-il pas de faire évoluer le statut de classement du loup d'une protection stricte à une protection moins contraignante ?
Cependant, la décision brutale du Gouvernement de réduire le nombre de contrats aidés soulève de nombreuses interrogations quant à l'avenir de ces jeunes et de la brigade loups qui réalisent un travail remarquable.
share on Twitter Like Ces députés demandent davantage de mesures contre les loups et un abaissement de leur protection on Facebook
 

 

La députée Laurence Vanceunebrock-Mialon demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Thierry Lherm
Le 10 avril 2018,
Laurence Vanceunebrock-Mialon (LREM) a agi pour les animaux
Mme Laurence Vanceunebrock-Mialon interroge M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le fait qu'il n'existe aucune réglementation spécifique sur le sujet des élevages d'animaux à fourrure en France, alors même qu'une vingtaine de pays européens ont déjà pris des mesures pour la protection de ces animaux. Quelles sont les dispositions que compte prendre le Gouvernement pour protéger ces animaux ? Elle lui demande s'il serait possible d'envisager à terme des mesures interdisant les élevages ou une mise en place de normes de protection animale restrictives.
(question écrite de la députée)
share on Twitter Like La députée Laurence Vanceunebrock-Mialon demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 

 

Ces sénateurs demandent d'autoriser les tirs contre les loups hybrides

Soumis par Samuel L214
Le 8 février 2018,
2 politiques ont agi contre les animaux
Il lui demande donc si une méthodologie d'identification des loups hybrides est mise en place et si ses résultats sont pris en compte pour l'établissement du plan loup.
Ces animaux, issus du croisement entre un loup et un chien, ne sont, en effet, pas protégés par la convention de Berne (...) et de ce fait, peuvent être prélevés sans qu'ils soient intégrés dans le calcul du quota national.
(extraits des questions)
Le Gouvernement a notamment répondu que «L'ONCFS constate par ailleurs que la seule observation visuelle ne permet pas de distinguer un loup d'un hybride» et que «sur 130 individus ayant pu faire l'objet d'analyses, le phénomène d'hybridation récente (première génération) concerne 1,5 % des individus ; 6 % sont concernés par de l'hybridation plus ancienne.Tous les autres, soit 92,5 % des individus analysés, sont des loups non hybridés».
share on Twitter Like Ces sénateurs demandent d'autoriser les tirs contre les loups hybrides on Facebook
 

 

La députée Alexandra Louis demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Samuel L214
Le 3 avril 2018,
Alexandra Louis (LREM) a agi pour les animaux
Compte tenu de ce contexte, elle le remercie de bien vouloir lui indiquer si l'exécutif envisage de prendre de nouvelles mesures pour renforcer le respect des règles et des contrôles menés par les services de l'État par le biais des directions départementales en charge de la protection des populations, et si le Gouvernement réfléchit à l'éventualité d'une interdiction totale de cette pratique sur le territoire français.
(extrait de la question)
share on Twitter Like La députée Alexandra Louis demande l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 

 

Ces sénateurs demandent davantage de mesures contre les loups et un abaissement de leur protection

Soumis par Samuel L214
Le 1 février 2018,
15 politiques ont agi contre les animaux
Elle lui demande pourquoi les éleveurs ne pourraient pas continuer à bénéficier des tirs de prélèvement pendant toute la durée de la campagne, sans aucune restriction, et s'il entend revenir à la situation initiale.
Il existe aujourd'hui un manque de confiance envers les services de l'État en raison notamment de la sous-estimation de la population des loupsfixée à 360 par l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).
Beaucoup de solutions existent pour trouver des compromis : (...) la création d'une brigade loup adaptée par département,
share on Twitter Like Ces sénateurs demandent davantage de mesures contre les loups et un abaissement de leur protection on Facebook
 

 

Le député Jean-Michel Mis suggère au gouvernement d'abolir l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Samuel L214
Le 3 avril 2018,
Jean-Michel Mis (LREM) a agi pour les animaux
À l'heure actuelle, il n'existe pas de législation de protection animale spécifique à l'élevage des animaux à fourrure, alors même qu'une vingtaine de pays européens ont déjà pris des mesures pour la protection de ces animaux : interdiction des élevages ou mise en place de normes de protection animale restrictives. En l'absence de réglementation de protection animale efficace, environ 150 000 visons sont élevés chaque année en France selon un modèle qui contrevient en tout point à leurs besoins biologiques.
(extrait de la question)
share on Twitter Like Le député Jean-Michel Mis suggère au gouvernement d'abolir l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 
Enregistrer un commentaire