Les dernières prises de position politique concernant les animaux


 

16 députés demandent l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Samuel L214
Le 24 avril 2018,
16 politiques ont agi pour les animaux
Alors qu'en Europe, 10 pays ont d'ores et déjà interdit les élevages destinés uniquement à la production de fourrure, que 5 pays sont en voie de prononcer cette interdiction et que 4 autres ont mis en place des réglementations contraignantes, (...) la pétition de l'association L214 a été signée par plus de 100 000 personnes en une dizaine de jours, et plus de 8 Français sur 10 (84 %) sont pour pour l'interdiction des élevages d'animaux à fourrure en France
La France doit envoyer un signal fort en prouvant qu'elle est attentive au bien-être animal. Aussi, elle le remercie de bien vouloir lui faire connaître sa position quant à l'interdiction des élevages d'animaux pour leur fourrure.
les conditions d'élevage des animaux élevés pour leur fourrure, c'est à dire visons et lapins, ont de fortes répercussions sur la santé de ces derniers, souffrants ainsi de pathologies chroniques lourdes, de déshydration, voire d'arrêt cardiaque.
(extraits de questions parlementaires)
(réponse du ministre)
share on Twitter Like 16 députés demandent l'abolition de l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 

 

5 400 000 € d'aides supplémentaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour les filières d'élevage

Soumis par Thierry Lherm
Le 3 octobre 2017,
Laurent Wauquiez (LR) a agi contre les animaux
Le Plan Ambition concerne les filières animales (5,4 M€) : bovins lait (filière la plus importante de la région avec 10 000 exploitations) ; bovins viande (la région se classe 2e à l'échelon national avec 6 500 exploitations représentant 20 % des exploitations françaises) ; ovins viande (8 000 élevages pour 680 000 brebis) ; caprins ovins lait (1ère région en nombre d'éleveurs avec 1 000 producteurs fermiers) ; équins (4 000 élevages utilisés dans l'agriculture, le débardage ou le transport) ; volailles (filière de qualité avec les volailles de Bresse, du Bourbonnais ou encore le pintadeau de la Drôme) ; porcs (28 abattoirs et 700 élevages dans la
share on Twitter Like 5 400 000 € d'aides supplémentaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour les filières d'élevage on Facebook
 

 

Le sénateur André Vallini annonce la création au Sénat d'un groupe d’études autour de la souffrance animale

Soumis par Thierry Lherm
Le 24 avril 2018,
André Vallini (PS) a agi pour les animaux
C’est ici, pas très loin de nombreux éleveurs que je veux sensibiliser à la cause animale. J’ai décidé, comme parlementaire – c’est nouveau chez moi – de m’intéresser à cette problématique qui monte en puissance dans l’opinion publique, notamment dans les nouvelles générations. Nous avons constitué cette semaine au Sénat, un groupe d’étude parlementaire transpartisan autour de la souffrance animale.
share on Twitter Like Le sénateur André Vallini annonce la création au Sénat d'un groupe d’études autour de la souffrance animale on Facebook
 

 

Ces députés sont membres du Groupe d'études Pêche de loisir

Soumis par Samuel L214
Le 24 avril 2018,
45 politiques ont agi contre les animaux
Ce groupe rassemble des députés soutenant le loisir des pêcheurs.
share on Twitter Like Ces députés sont membres du Groupe d'études Pêche de loisir on Facebook
 

 

Tribune pour l'instauration du contrôle vidéo dans les abattoirs

Soumis par Samuel L214
Le 15 avril 2018,
Olivier Falorni (DVG) a agi pour les animaux
Dans une tribune au Parisien - Aujourd’hui en France, ONG et personnalités demandent à Emmanuel Macron de tenir ses engagements en matière de protection animale.
Le projet de loi actuel du ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, renonce pour l'instant à ce dispositif. Cet abandon serait une régression. Pire, un reniement. Celui de l'engagement pris par Emmanuel Macron durant la campagne, qui avait écrit aux associations de protection animale : «La vidéosurveillance dans les abattoirs, selon des modalités inspirées de la proposition de loi Falorni, sera mise en place.
(extraits de la tribune)
share on Twitter Like Tribune pour l'instauration du contrôle vidéo dans les abattoirs on Facebook
 

 

Les propos du préfet de l'Oise condamnés par la Ligue des Droits de l'Homme : «indignes d’un représentant de l’Etat»

Soumis par Samuel L214
Le 8 avril 2018,
4 politiques (LREM) ont agi contre les animaux
Ainsi, le Préfet de l’Oise déclare aux chasseurs de ce département : « Messieurs les chasseurs, ne subissez pas, passez à l’action… ». (...) On se pince lorsqu’on sait, comme tout républicain, qu’un Préfet est censé être le garant de l’ordre public et que nulle catégorie de citoyen ne doit être incitée à se faire justice elle-même. (...) une incitation dangereuse visant à dresser les uns contre les autres. Incitation d’autant plus condamnable quand elle émane d’un représentant de l’Etat !
(extrait du communiqué de presse de la LDH)
Pétition "Démission du préfet de l'Oise pour incitation à la violence"
share on Twitter Like Les propos du préfet de l'Oise condamnés par la Ligue des Droits de l'Homme : «indignes d’un représentant de l’Etat» on Facebook
 

 

Tribune demandant l'instauration des dimanches sans chasse et l'abolition de la chasse à courre, du piégeage et du déterrage

Soumis par Thierry Lherm
Le 23 avril 2018,
5 politiques (PA) ont agi pour les animaux
Nous sommes d’accord sur un point: il faut réformer la chasse (...) A ce titre, nous demandons l’instauration des dimanches sans chasse afin de respecter la sécurité des promeneurs et des familles; l’abolition de la chasse à courre; l’interdiction du piégeage et du déterrage; le développement de zones de tranquillité (sans chasse ni présence humaine) dans les espaces forestiers des domaines publics.
seuls 1,7% des Français chassent alors que 80% des personnes interrogées lors du sondage Ifop pour le collectif AnimalPolitique considèrent que la protection des animaux est une cause très importante.
(extraits de la tribune)
share on Twitter Like Tribune demandant l'instauration des dimanches sans chasse et l'abolition de la chasse à courre, du piégeage et du déterrage on Facebook
 

 

Le Président des Hauts-de-France soutient les propos du préfet de l'Oise condamnés par la Ligue des Droits de l'Homme

Soumis par Thierry Lherm
Le 19 avril 2018,
Xavier Bertrand (DVD) a agi contre les animaux
La loi, rien que la loi ! Tout mon soutien au @Prefet60, victime d’une campagne indigne parce qu’il défend l’Etat de droit.
(Tweet de Xavier Bertrand)
Le Préfet de l’Oise avait déclaré aux chasseurs de ce département : « Messieurs les chasseurs, ne subissez pas, passez à l’action… », propos qualifiés par la Ligue des Droits de l'Homme d'«effrayants et glaçants, et évidemment indignes d’un représentant de l’Etat
share on Twitter Like Le Président des Hauts-de-France soutient les propos du préfet de l'Oise condamnés par la Ligue des Droits de l'Homme on Facebook
 

 

44 000 € d'aides de la région Hauts-de-France pour l'association "Association chasse maritime du Calaisis"

Soumis par Thierry Lherm
Le 8 avril 2018,
Xavier Bertrand (DVD) a agi contre les animaux
L’association subventionnée : une première. Jean Michel Taccoen, conseiller régional, originaire du Calaisis et fervent soutien aux chasseurs, a fièrement annoncé à l’assemblée que la Région Hauts-de-France soutiendrait l’association à hauteur de 22 000 € en 2018 et de 22 000 € en 2019. Cette subvention, une première pour les chasseurs, a été accordée parce que l’association organise des opérations de préservation paysagère. Dans ce contexte, l’ACMC, dont les comptes sont excédentaires, n’aura pas besoin d’augmenter les tarifs pour les permis.
(extrait de l'article de La Voix du Nord)
share on Twitter Like 44 000 € d'aides de la région Hauts-de-France pour l'association "Association chasse maritime du Calaisis" on Facebook
 

 

Corrida : la députée Claire O'Petit souhaite une «concertation réunissant les différents acteurs afin d'entamer une évolution législative»

Soumis par Thierry Lherm
Le 17 avril 2018,
Claire O'Petit (LREM) a penché pour les animaux
Positif mais nécessite d'être précisé dans ses modalités et objectifs
Compte tenu d'une opposition croissante de la population, des multiples initiatives parlementaires visant à l'interdire ou tout du moins à l'encadrer (...) elle lui demande s'il compte initier une concertation réunissant les différents acteurs afin d'entamer une évolution législative concernant cette pratique.
(extrait de la question)
share on Twitter Like Corrida : la députée Claire O'Petit souhaite une «concertation réunissant les différents acteurs afin d'entamer une évolution législative» on Facebook
 

 

Jusqu'à 15 000 000 € d'aides de la Région Bretagne pour la reprise du groupe Doux, pour maintenir un modèle à bout de souffle plutôt que d'en changer

Soumis par Thierry Lherm
Le 26 mars 2018,
Loïg Chesnais-Girard (PS) a agi contre les animaux
Groupe DOUX : la Région prête à mettre jusqu’à 15 M€ sur la table

LES ÉLUS RÉGIONAUX ACCEPTENT LA PROPOSITION DE LOÏG CHESNAIS-GIRARD À L’UNANIMITÉ

Les élus régionaux ont adopté ce jour, à l’unanimité, la proposition permettant d’engager un soutien massif pouvant aller jusqu’à 15 M€, afin d’accompagner un projet de reprise du groupe Doux. « Avec la possibilité que nous avons, depuis octobre dernier, d’entrer au capital d’une entreprise privée, nous disposons désormais de tous les moyens pour prendre nos responsabilités », a souligné Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional de Bretagne.
(article de la Région)
share on Twitter Like Jusqu'à 15 000 000 € d'aides de la Région Bretagne pour la reprise du groupe Doux, pour maintenir un modèle à bout de souffle plutôt que d'en changer on Facebook
 

 

Tribune sur la nécessité du véganisme dans le débat public sur la coexistence entre humains et non humains

Soumis par Samuel L214
Le 5 avril 2018,
Romain Zavallone (EELV) a agi pour les animaux
 le mouvement végan à l’intérêt d’ouvrir un dialogue sur la responsabilité que nous avons envers les autres espèces. En démontrant leurs sensibilités et en condamnant les pratiques humaines qui heurtent ces sensibilités, il ouvre un espace de débat important sur ce qui fait notre lien aux animaux. Loin de s’opposer à toutes formes de collaboration, le mouvement propose d’ouvrir le chemin à des alternatives qui éviteraient leur utilisation par l’homme à des fins mercantiles et aux dépens de leurs besoins. Un regard nouveau qui permet de repositionner les évolutions sociales. En effet les vraies questions ne se situent pas seulement aujourd’hui sur l’abolition ou non de l’élevage, mais bien au-delà : sur comment peuvent coexister humains et non humains à travers des espaces de libertés communs.
(extrait de la tribune cosignée par Damien Deville, agroécologue et anthropologue de la nature – INRA , Romain Zavallone, Membre de la Commission Condition Animale EELV et Pauline Couvent, Membre de la Commission Condition Animale EELV)
share on Twitter Like Tribune sur la nécessité du véganisme dans le débat public sur la coexistence entre humains et non humains on Facebook
 

 

La députée Typhanie Degois demande une meilleure application de la directive de 2010 afin de soutenir réellement les alternatives à l'expérimentation animale

Soumis par Thierry Lherm
Le 17 avril 2018,
Typhanie Degois (LREM) a agi pour les animaux
Se développent ainsi des nouvelles méthodes telles que l'ingénierie tissulaire, les technologies des cellules souches ou encore la modélisation et la bio-informatique, et la toxicogénomique, reconnues pour leur fiabilité et sécurité. Ces dernières permettent alors de ne plus solliciter d'animaux tout en permettant des avancées de la science. Toutefois, malgré l'innovation qu'elles représentent, ces méthodes de recherche ne sont que trop peu soutenues par l'État. Par ailleurs, il conviendrait de diversifier davantage la composition de la commission nationale de l'expérimentation animaleet d'obliger la publication annuelle des statistiques et des résumés non techniques de projets comme en dispose la directive de 2010.
(extrait de la question)
share on Twitter Like La députée Typhanie Degois demande une meilleure application de la directive de 2010 afin de soutenir réellement les alternatives à l'expérimentation animale on Facebook
 

 

L'eurodéputée Sylvle Goddyn demande à l'UE d'agir pour une interdiction de l'expérimentation animale pour les cosmétiques dans le monde entier

Soumis par Thierry Lherm
Le 12 avril 2018,
Sylvie Goddyn (FN) a agi pour les animaux
L’expérimentation animale dans le domaine des cosmétiques ne peut plus être justifiée et devrait donc être progressivement supprimée dans le monde entier. Néanmoins, en dépit d'une évolution sensible des législations à l’échelon mondial, environ 80 % des pays dans le monde continuent à autoriser l’expérimentation animale et la commercialisation de produits cosmétiques testés sur des animaux. (...)
3. La Commission va-t-elle prendre des mesures décisives pour ouvrir la voie à un accord international visant à mettre définitivement fin à l’expérimentation animale pour les cosmétiques dans le monde entier, sur le modèle du règlement de l’Union relatif aux produits cosmétiques? (...)
5. Comment la Commission compte-t-elle promouvoir une interdiction totale de l’expérimentation animale pour les cosmétiques dans le cadre des Nations unies?

(extraits de la question)
share on Twitter Like L'eurodéputée Sylvle Goddyn demande à l'UE d'agir pour une interdiction de l'expérimentation animale pour les cosmétiques dans le monde entier on Facebook
 

 

Le député Nicolas Forissier demande des aides supplémentaires pour les "lieutenants de louveterie"

Soumis par Thierry Lherm
Le 24 avril 2018,
Nicolas Forissier (LR) a agi contre les animaux
Si les préfectures peuvent décider de leur allouer des crédits au cas par cas, ceux-ci restent nettement insuffisants par rapport aux besoins exprimés. Ces problèmes apparaissent d'autant plus graves que les prochains appels à candidatures pour renouveler les effectifs auront lieu en 2019. En l'absence d'amélioration des conditions matérielles, de nombreux bénévoles risqueront d'être découragés et de ne pas renouveler leur engagement.
(extrait de la question)
share on Twitter Like Le député Nicolas Forissier demande des aides supplémentaires pour les "lieutenants de louveterie" on Facebook
 

 

Le député Nicolas Forissier demande au Gouvernement des mesures «afin de contrôler et d'encadrer» l'élevage d'animaux pour leur fourrure

Soumis par Thierry Lherm
Le 24 avril 2018,
Nicolas Forissier (LR) a penché pour les animaux
Positif mais pas assez ambitieux
Mais, alors que plusieurs pays européens comme la Grande-Bretagne ou l'Autriche ont adopté des dispositions interdisant les élevages de production de fourrure, il n'existe en France aucune réglementation spécifique. Il souhaite donc lui demander quelles sont les mesures qui sont envisagées afin de contrôler et d'encadrer cette pratique.
(extrait de la question)
share on Twitter Like Le député Nicolas Forissier demande au Gouvernement des mesures «afin de contrôler et d'encadrer»  l'élevage d'animaux pour leur fourrure on Facebook
 
Enregistrer un commentaire