La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité oblige aussi à s'engager pour l'environnement et la planète.

"Festival de Yulin" communiqué de presse Animals Asia

« Festival » de Yulin en Chine : Animals Asia agit toute l’année !





Le sinistre « Festival » de Yulin, qui doit se tenir le 21 juin prochain, n’est que la pointe de l’iceberg : il ne représente que 0,01 % des chiens abattus pour l'industrie de la viande en Chine chaque année.
La fondation Animals Asia s'est concentrée sur la lutte contre cette industrie, plutôt que sur l'événement isolé que représente Yulin et qui ne dure que quelques jours.
Le sens de notre action est de permettre aux citoyens chinois d'agir contre l'illégalité qui prévaut dans l'industrie de la viande canine.
A l'année, ce sont près de 10 millions de chiens qui sont tués en Chine pour être consommés.

Animals Asia fait partie de l'ACPA (Asia Canine Protection Alliance) qui réunit 5 ONG déterminées à lutter contre le commerce et la consommation de viande de chiens en Asie.

Ce collectif a déjà réussi à faire interdire le trafic de chiens en provenance de la Thaïlande, du Cambodge et du Laos vers le Vietnam. En Chine, c'est via la législation qu'Animals Asia souhaite mettre un frein au commerce de viande de chien.
Si la loi n'interdit pas encore la consommation de viande de chien, elle oblige désormais les restaurants à indiquer la provenance de leur viande de chien.
La consommation de viande en Chine est devenue un problème aussi bien moral que sanitaire, car les animaux volés et détenus dans de piètres conditions sont tout simplement impropres à la consommation.

Comment agissons-nous ?
Animals Asia a mis en place une plateforme internet qui permet de dénoncer les restaurants servant de la viande de chien sans autorisation.
A ce jour, 130 restaurants ont pu être fermés grâce à la vigilance et la mobilisation des citoyens de plus en plus concernés par le bien-être animal et cette pratique terrible qu'est la consommation de viande de chien.
En Chine, une loi de protection animale pourrait voir le jour sous la pression du public, appuyé par des députés.
Accueillir et soigner les rescapés du commerce de la viande
Depuis 2015, 47 organisations animales chinoises dans 35 villes, dont Beijing, Shanghai et Guangzhou, ont reçu des fonds d'Animals Asia pour rénover leurs abris et fournir de la nourriture, des jouets, des vaccins, des comprimés vermifuges, des sprays antiparasitaires et des colliers à plus de 16 800 chats et chiens

Lors d'une campagne de vaccination financée en 2017 par Animals Asia, 3 500 chiens ont été vaccinés et déparasités.
Irene Feng, directrice du pôle Bien-être chats et chiens d'Animals Asia en Chine affirme :
« En Chine il y a une armée de personnes qui aiment les animaux et qui ont envie d'aider les animaux dans le besoin. Ils ont simplement besoin de conseils, de savoir-faire et de fonds. C'est pourquoi Animals Asia travaille avec plus de 100 organisations locales pour développer le mouvement dans tout le pays. Une organisation à elle seule ne peut pas aider tous les chiens errants et tous les refuges de Chine, mais en rependant le savoir, en éveillant les consciences et en travaillant main dans la main, on peut changer la vie de milliers d'animaux. »





Pour tout contact :

Michèle Jung
responsable du groupe français Animals Asia



Commentaires