La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Les dernières prises de position politique concernant les animaux

Amendements COM87, COM184, COM197, COM259, COM273 et COM342 contre l'étiquetage du mode d'élevage sur les produits d'origine animale

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
32 politiques ont agi contre les animaux
Le présent amendement entend supprimer cet article imposant une obligation d’affichageenvironnemental des denrées alimentaires dont la conformité au droit européen est loin d'être assurée et qui paraît à la fois inopportune, voire contre-productive, et impraticable.
Cet article ne paraît donc pas nécessaire en l'état et pourrait être perçu comme un signe de défiance vis à vis de l'important travail mené par les filières.
(extraits des objets de ces amendements, adoptésen commission)
share on Twitter Like Amendements COM87, COM184, COM197, COM259, COM273 et COM342 contre l'étiquetage du mode d'élevage sur les produits d'origine animale on Facebook
 

 

Amendement COM152 contre l'aggravation des sanctions pour mauvais traitements envers les animaux

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Jean-Pierre Grand (RS) a agi contre les animaux
Cet amendement demande la suppression des alinéas 5 et 6 de l'article 13 du "Projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable" qui proposent de modifier ainsi le premier alinéa de l’article L. 215-11 du code rural et de la pêche maritime :
1° Les mots : « de six mois » sont remplacés par les mots : « d’un an » ;
2° Le montant : « 7 500 € » est remplacé par le montant : « 15 000 € » ;
Amendement rejeté en commission
Article L. 215-11 du code rural et de la pêche maritime :
Est puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende le fait pour toute personne exploitant un établissement de vente, de toilettage, de transit, de garde, d'éducation, de dressage ou de présentation au public d'animaux de compagnie, une fourrière, un refuge ou un élevage d'exercer ou de laisser exercer sans nécessité des mauvais traitements envers les animaux placés sous sa garde.
share on Twitter Like Amendement COM152 contre l'aggravation des sanctions pour mauvais traitements envers les animaux on Facebook
 

 

Amendements COM106 et COM113 visant à instaurer une alternative végétarienne quotidienne dans la restauration collective

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
21 politiques ont agi pour les animaux
Le dernier alinéa est ainsi modifié :
« Art.L.230-5-4. Les gestionnaires d'organismes de restauration collective publique servant plus de deux cents couverts par jour en moyenne sur l'année, sont tenus de proposer au plus tard au 1er janvier 2022 un menu végétarien en option alternative au menu quotidien.

(extrait de l'un des amendements, tombés en commission)
share on Twitter Like Amendements COM106 et COM113 visant à instaurer une alternative végétarienne quotidienne dans la restauration collective on Facebook
 

 

Amendement COM341 visant à étendre l'interdiction de l'usage des termes comme «steak», «filet», «bacon», «saucisse», «merguez»... à la promotion des produits végétariens

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Anne-Catherine Loisier (UDI) a agi contre les animaux
Cet amendement entend renforcer le dispositif prévu au présent article en matière d'usage de dénominations associées aux produits d'origine animale pour des produits contenant une part significative de matières d'origine végétale. (...) Aussi convient-il d'étendre la protection prévue au présent article à la promotion de ces produits, et non à leur seule commercialisation, pour se prémunir de telles pratiques.
(extrait de l'objet de l'amendement, adopté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM341 visant à étendre l'interdiction de l'usage des termes comme «steak», «filet», «bacon», «saucisse», «merguez»... à la promotion des produits végétariens  on Facebook
 

 

Amendement COM276 visant à reporter de 2022 à 2025 l'obligation pour les restaurants collectifs publics de présenter un "plan pluriannuel de diversification de protéines"

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
19 politiques a agi contre les animaux
Les structures servant plus de 200 couverts par jour devront présenter un plan pluriannuel de diversification de protéines (pour développer l’offre de protéines végétales). (...) L'objet de cet amendement vise à reporter à l'échéance à 2025pour laisser le temps aux acteurs de la filière de se préparer à cet enjeu.
(extrait de l'objet de l'amendement, tombé en commission)
share on Twitter Like Amendement COM276 visant à reporter de 2022 à 2025 l'obligation pour les restaurants collectifs publics de présenter un "plan pluriannuel de diversification de protéines" on Facebook
 

 

Amendement COM338 visant à augmenter de 200 à 300 couverts par jour le seuil obligeant les restaurants collectifs publics à présenter un "plan pluriannuel de diversification de protéines"

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Anne-Catherine Loisier (UDI) a agi contre les animaux
Cet amendement vise à introduire une souplesse supplémentaire dans l’obligation faite aux gestionnaires de restauration collective publique de présenter un plan pluriannuel de diversification de protéines.
(extrait de l'objet de l'amendement, tombé en commission)
share on Twitter Like Amendement COM338 visant à augmenter de 200 à 300 couverts par jour le seuil obligeant les restaurants collectifs publics à présenter un "plan pluriannuel de diversification de protéines" on Facebook
 

 

Amendement COM74 visant à ce que le Conseil national de l'alimentation prenne aussi en compte la souffrance animale et la liberté de conscience

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
6 politiques ont agi pour les animaux
Le Conseil National de l’Alimentation est chargé d’établir de nouvelles recommandationsen matière d’achats en restauration collective en prenant en compte les enjeux nutritionnels, sociétaux et environnementaux liés à l’évolution de notre alimentation et de notre société.
[les règles] doivent également se soucier de l’ensemble des aspects liés à l’alimentation : environnement, climat, équité dans le partage des ressources, souffrance animale, santé publique et liberté de conscience.
(extraits de l'objet de l'amendement, rejeté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM74 visant à ce que le Conseil national de l'alimentation prenne aussi en compte la souffrance animale et la liberté de conscience on Facebook
 

 

Amendement COM357 visant à garantir que les bâtiments d'élevage de poules pondeuses en cage puissent être "réaménagés" pour prolonger leur activité

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Anne-Catherine Loisier (UDI) a agi contre les animaux
Amendement adopté en commission
share on Twitter Like Amendement COM357 visant à garantir que les bâtiments d'élevage de poules pondeuses en cage puissent être "réaménagés" pour prolonger leur activité on Facebook
 

 

Amendement COM151 contre l'extension aux cas de maltraitance visés dans le code rural de la possibilité de se porter partie civile pour les associations

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Jean-Pierre Grand (RS) a agi contre les animaux
La possibilité pour les associations de protection des animaux de se porter partie civile pour les cas de maltraitance animale visés dans le code rural pourrait mener à multiplier les signalements.
(extrait de l'objet de l'amendement, rejeté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM151 contre l'extension aux cas de maltraitance visés dans le code rural de la possibilité de se porter partie civile pour les associations on Facebook
 

 

Amendement COM62 visant à réduire le temps de transport des animaux

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
6 politiques ont agi pour les animaux
Pour les transports d’animaux se déroulant entièrement sur le territoire français, la durée maximale de voyage des animaux domestiques est fixée à seize heures pour les espèces bovine, ovine, caprine, porcine et les équidés domestiques et à huit heures pour les volailles, les oiseaux domestiques et les lapins domestiques.
(Amendement rejeté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM62 visant à réduire le temps de transport des animaux on Facebook
 

 

Amendement COM143 visant à supprimer la demande au gouvernement d'un rapport sur les orientations et les réalisations prévues par les plans de filière en matière de "bien-être animal"

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Jean-Pierre Grand (RS) a agi contre les animaux
Amendement rejeté en commission
share on Twitter Like Amendement COM143 visant à supprimer la demande au gouvernement d'un rapport sur les orientations et les réalisations prévues par les plans de filière  en matière de "bien-être animal" on Facebook
 

 

Amendement COM358 visant à ce que les évolutions en matière de "bien-être animal" soient évaluées «à l'aune des objectifs définis par les filières» dans le rapport demandé au gouvernement

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Anne-Catherine Loisier (UDI) a agi contre les animaux
Il s'agit de préciser que le rapport demandé au présent article pour évaluer les engagements des filières et les réalisations concrètes en matière de bien-être animal devra juger ces réalisations à l'aune des objectifs définis par les filières.
(extrait de l'objet de l'amendement, adopté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM358 visant à ce que les évolutions en matière de "bien-être animal" soient évaluées «à l'aune des objectifs définis par les filières» dans le rapport demandé au gouvernement on Facebook
 

 

Amendement COM37 visant à remplacer l'élevage en cage des lapins par des "parcs" collectifs

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
6 politiques ont penché pour les animaux
Peut sembler positif mais nécessite de la vigilance quant aux modalités de mise en oeuvre
Art. L. 214-11.- L’usage de système en cage est interdit pour tout établissement d’élevage cunicole.
« Les établissements qui ont mis en place d’autres systèmes d’élevage avant l’entrée en vigueur de la présente disposition sont autorisées à utiliser ces logements jusqu’au 31 décembre 2024 pour les lapins d’engraissement et jusqu'au 31 décembre 2029 pour les reproducteurs et le pré-cheptel.

(extrait de l'amendement, rejeté en commission)
Cet amendement vise donc à mettre en place des standards minimum de bien-être des animaux en élevage cunicole incluant l’interdiction des systèmes en cage au profit des systèmes de parc collectifs enrichis pour les lapins d’engraissement au plus tard le 1er janvier 2025 et au 1er janvier 2030 pour les reproducteurs et le pré-cheptel.
(extrait de l'objet)
share on Twitter Like Amendement COM37 visant à remplacer l'élevage en cage des lapins par des "parcs" collectifs on Facebook
 

 

Amendement COM354 visant à supprimer l'extension du reporting extra-financier des grandes entreprises à la question du "bien-être animal"

Soumis par Samuel L214
Le 7 juin 2018,
Anne-Catherine Loisier (UDI) a agi contre les animaux
Le présent amendement entend supprimer cet article relatif au renforcement du reporting extra-financier des grandes entreprises en matière delutte contre la précarité alimentaire, de bien-être animal et d’une alimentation responsable, équitable et durable
(extrait de l'objet de l'amendement, adopté en commission)
share on Twitter Like Amendement COM354 visant à supprimer l'extension du reporting extra-financier des grandes entreprises à la question du "bien-être animal" on Facebook
 

 

Amendement COM25 visant notamment à ajouter le "bien-être animal" parmi les objectifs du PNNS (programme national relatif à la nutrition et à la santé)

Soumis par Samuel L214
Le 11 juin 2018,
6 politiques ont penché pour les animaux
Positif mais la préoccupation pour les animaux exprimée dans l'objet ne se retrouve pas explicitement dans l'article additionnel proposé
En outre, l'amendement entend renforcer l'éducation à l'alimentation dans les programmes et les activités scolaires et universitaires : sessions sur la nutrition, la protection de l'environnement, la lutte contre la déforestation ou encore le bien-être animal. L'éducation à l'environnement est un enjeu essentiel de la formation des petits et des grands et doit faire pleinement partie des formations relatives à l'alimentation.
(extrait de l'objet de l'amendement, rejeté en commission)

Commentaires