La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Compte rendu photos et vidéos Happening Anti Fourrure samedi 9 mars 2019 Paris



Une quarantaine de militants étaient présents.Un happening d'une vingtaine de personnes s'est tenu durant toute l'action, pendant que d’autres tenaient les supports visuels à côté de l'écran qui diffusait en continu la réalité du commerce de la fourrure.Les automobilistes arrêtés au feu rouge étaient choqués de telles images.Les personnes chargées du tractage ont réalisé un formidable travail de sensibilisation, auprès de passants avec garniture en fourrure animale.Entre autre, une militante a eu une très longue discussion avec une dame et sa fille, avec garniture, qui au départ se vantaient d'aimer la fourrure, croyant naïvement que " c'est naturel ".Mais en les mettant au pied du mur, grâce aux vidéos d'animaux torturés dans les élevages elles sont reparties avec une autre vision, et notre tract.La dame arguait aussi travailler en laboratoire, perpétrant des tests sur animaux. Mais la militante dont la mère est médecin, a eu le répondant qu'il fallait, concernant ces test cruels, obsolète et dangereux pour la santé humaine.Beaucoup de jeunes gens se sont montrés très à l'écoute, et  beaucoup étaient déjà au courant de l'ignominie découlant de ce commerce, et dans une politique de changement. Belle prise de conscience de tous ces jeunes.Une militante, tout en tractant, avait un échantillon de fausse fourrure, ainsi qu'une capuche en vraie fourrure, et interpellait le public afin qu'il sache reconnaître la vraie de la fausse.Car, comme très souvent un grand nombre pensaient porter de la fausse, en raison des étiquetages trompeurs.Un homme est venu a nous pour demander la liste des marques qui continuent la fourrure animale, afin de leur écrire.Une jeune femme est venue réclamer des autocollants pour mettre sur son scooter.Des gens écoutaient le discours au micro, et auront appris que de plus en plus de couturiers et de marques tournent le dos aux peaux animales, aussi en raison de l’immense impact écologique.La dangerosité pour la santé causée par le traitement des fourrures animales, dont le seuil est toujours largement dépassé.Puis, comme il nous est souvent arrivé sur nos manifestations, un jeune homme a déposé sa garniture au pied de notre écran, grâce à la sensibilisation d'une militante (voir vidéo).Il s'agissait encore d'une absence d'étiquette précisant "fourrure animale". Trois militants unis, l'un avec des tracts, le second avec un support visuel, et le troisième avec la garniture donnée par le passant, allaient vers le public, leur expliquant avec une belle énergie pourquoi il faut refuser la fourrure, relevant de torture.Heureusement, le travail accompli depuis plus d’une décennie, aura permis de convaincre une vingtaine de marques et enseignes de cesser la fourrure animale (https://societe-anti-fourrure.blogspot.com/2016/03/).Les autres vont suivre, ainsi que les couturiers, qui pour beaucoup ont déjà pris conscience récemment, le cuir est aussi éliminé de plus en plus.

Commentaires