La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité est notre engagement pour l'environnement et la planète.


Parti animaliste : Communiqué de presse : Le vote irresponsable des eurodéputés



Le jeudi 4 avril 2019, lors du vote du prochain Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP), le Parlement européen a décidé le retour de subventions favorisant la surpêche. Un fonds de soutien de 6 milliards d’euros sera ainsi alloué au secteur de la pêche, à l’aquaculture et à la protection de l’environnement marin pour la période 2021 à 2027.

6 milliards d’euros déterminants pour l’avenir des océans 
Les députés ont choisi de réintroduire les aides publiques au renouvellement et à la modernisation des navires, ce qui aura pour conséquence d’augmenter la capacité globale de pêche et de favoriser la surpêche, déjà bien établie. Et ce, alors même que les négociations en cours à l’OMC portent sur l’interdiction de ces subventions d’ici fin 2019, conformément à l’objectif de développement durable n°14.6 des Nations unies !

Le Parti animaliste ne peut que dénoncer l’irresponsabilité des eurodéputés...
Une très sérieuse étude publiée dans la revue Science du 3 novembre 2006 annonçait la disparition de la quasi-totalité des espèces de poissons et de crustacés pêchés pour la consommation avant 2050 si la prédation humaine n’était pas jugulée. Malgré cela, les députés européens ont préféré suivre les demandes de lobbys de la pêche au détriment des animaux marins déjà extrêmement vulnérables, plutôt que de voter un budget en faveur d’objectifs réellement efficaces pour protéger les océans et les animaux marins.

Et il appelle les États membres à un sursaut de lucidité 
Face à cette inconscience, le Parti animaliste appelle les États membres à un sursaut de lucidité avant la négociation tripartite qui interviendra entre le Conseil européen, le Parlement européen et la Commission européenne, et les incite à s’inspirer du programme qu’il portera lors des élections européennes qui auront lieu en mai 2019, notamment :
  • Créer de nouvelles réserves marines dans les eaux territoriales européennes
     
  • Créer une autorité de contrôle de zones maritimes européennes pour lutter contre le braconnage, la pratique illégale de la pêche et le non-respect des normes
     
  • Interdire définitivement les pratiques de pêche les plus destructrices (chalutage de fond, palangre, filets dérivants, DCP…) et veiller à l’interdiction effective de la pêche électrique dès 2021
     
  • Interdire la pêche pendant trois mois de l’année dans les aires maritimes européennes afin de permettre aux animaux de se reproduire sans être menacés
     
  • Développer des méthodes d’insensibilisation et de mise à mort des poissons sur les navires ou sur les lieux de débarquement
     
  • Renforcer les contrôles et les sanctions sur les armateurs
     
  • Avancer vers plus de transparence sur les aides et les bénéficiaires de la Politique Commune des Pêches (PCP) ainsi que sur la traçabilité et la gestion des pêcheries
     
  • Réorienter une partie des subventions de la PCP en faveur de la reconversion professionnelle des pêcheurs vers l’algoculture et le métier de “pêcheurs de déchets”
     
  • Favoriser la recherche en algoculture, ainsi que le développement de la production et de la commercialisation des algues
     
  • Faciliter et accompagner l’installation d’algoculteurs en réorientant les subventions de la politique commune de la pêche (PCP)
 

Toutes ces mesures proposées par le Parti animaliste contribueraient réellement et efficacement à protéger et à restaurer les écosystèmes marins, ainsi que les populations d’animaux marins.

Commentaires