La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité oblige aussi à s'engager pour l'environnement et la planète.

le Parti animaliste fait le double du score annoncé dans les sondages




Alors que 34 listes étaient présentes pour ces élections européennes, 2,4% des votants ont choisi de donner leurs voix aux animaux.

Un score significatif malgré une campagne pleine d'embûches
Ce résultat est supérieur à celui obtenu lors des législatives, lors desquelles le Parti animaliste avait obtenu 1,1 % dans plus de 80 circonscriptions, alors même qu’il n’existait que depuis quelques mois. Une progression notable.

Cette campagne est sans conteste un succès puisqu'elle aura permis de renforcer significativement l’idée que la question animale est une question politique et qu’elle concerne l’ensemble des citoyens de toutes les sensibilités politiques. Les déclarations fort opportunes des autres partis sur la question des animaux, à quelques jours du scrutin, en sont bien la preuve.

Ce résultat du Parti animaliste est d’autant plus remarquable compte tenu de ses très faibles moyens financiers qui ne lui ont pas permis d’adresser des bulletins de vote et professions de foi aux électeurs par courrier postal. Il doit aussi être apprécié au regard des graves irrégularités commises par de nombreuses préfectures qui n’ont pas livré des bulletins de vote qu’elles avaient pourtant en leur possession.

Le Parti animaliste étudie l’opportunité de contester l’élection devant le Conseil d’État. Ces résultats sont aussi le symptôme d’une crise démocratique profonde. Les coûts extrêmement importants d’une campagne électorale même minimale (bulletins de vote, professions de foi, affiches) sont de fait un obstacle considérable à l’émergence de nouveaux mouvements politiques.

Quant au temps de parole, il est distribué de manière à favoriser les grands partis, et donc de façon totalement inégalitaire. À titre d’exemple, le temps d’antenne octroyé par France 2 entre le 15 avril et le 19 mai 2019 est de 20 heures 43 secondes pour la liste LREM, alors que la liste du Parti animaliste n’a quant à elle disposé que de 10 secondes !

Si la France avait fait le choix comme l’Allemagne ou l’Espagne de ne pas instaurer un seuil de 5 % en deçà duquel il est impossible d’obtenir des élus, avec son score de 2,4% le Parti animaliste aurait obtenu 1 à 2 sièges.

Malgré tous ces obstacles, le Parti animaliste rencontre un beau succès, preuve que la question animale est désormais incontournable.


Une dynamique internationale
Dix autres partis animalistes ont présenté une liste pour ces élections, preuve de l’enracinement du mouvement animaliste à travers l’Europe.

La coalition des partis animalistes européens portera les intérêts des animaux au Parlement avec plusieurs eurodéputés.

 
Le Parti animaliste s’inscrit durablement dans le paysage politique 
Conforté par ses résultats aux législatives de 2017 et à ces dernières élections européennes, le Parti animaliste continuera à rendre visible la question animale et à l’imposer comme étant une question politique. Il poursuivra son travail de terrain et donne rendez-vous à ses électeurs lors des prochaines élections afin de défendre les intérêts des animaux.
 

Commentaires