La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité oblige aussi à s'engager pour l'environnement et la planète.

Un nouveau projet d’arrêté qui met à mal le loup, espèce protégée, est lancé..




La mesure la plus importante est le relèvement du pourcentage de loups pouvant être tués, de 10-12% à 17-19%, soit 95 loups pouvant être abattus en 2019 en toute légalité sur une population estimée à 500 loups en France.
Plusieurs constats :
Rappelons que 51 spécimens ont été abattus l’année dernière soit 12% de la population décomptée et que la prédation n’a pas vraiment diminué.
La mise en place des moyens de protection n’est pas toujours appliquée, en infraction avec les obligations européennes et aucun contrôle de cette mise en place n’est fait sur le terrain.
Les tirs d'effarouchement ont disparu pour laisser place aux tirs létaux qui démontrent pourtant leur inefficacité.
A noter que l’expertise scientifique, commandée par le ministère de l’Ecologie, indique que les prélèvements légaux « ne devraient pas […], dépasser 10 % de l’effectif estimé pour que la population présente un bilan numérique au moins stable. »
Exprimez-vous et participez à la consultation publique avant le 19 juin

Cliquez ici pour vous exprimer

Commentaires