La voix des sans voix

La radio a été créée en 2015, sa mission est de relayer et donner une voix à celles et ceux qui n’en ont pas en portant les actions et les informations qui les concernent.
Nous sommes un organe de presse bénévole et indépendant qui travaille dans la déontologie journalistique tout en revendiquant le militantisme. Nous développons une programmation qui rend compte de l’activisme dans le respect de toutes ses diversités.
En tant que radio web, nous bénéficions d’une technologie qui nous permet à ce jour d’être au plus près de ceux qui œuvrent à la protection animale et de diffuser sur tout le territoire.
Reportages, interviews, directs, chroniques, agenda, informations, actions, adoptions, nous sommes un son différent.

Nous soutenons les associations, structures, collectifs qui agissent contre l'exploitation animale dans les spectacles, l'expérimentation, les violences sur les animaux, les abandons, l'exploitation dans l’alimentation et dans la mode, l'exploitation animale au service des traditions (chasse, corrida) et en faveur de la faune sauvage ....

Le respect du vivant et de la biodiversité oblige aussi à s'engager pour l'environnement et la planète.

Lettre à envoyer contre les deux corridas de Céret (66) lors de la féria les 13 et 14 juillet


Cette lettre étant très bien écrite, nous la relayons également contre les massacres à Céret (66).Alors que la Catalogne espagnole maintient fermement l’interdiction des corridas, la Catalogne française s'accroche à la barbarie. Le mieux est bien sûr de personnaliser ou d’écrire de ses propres mots.Les courriers postaux ont encore plus d'impact.Restez tjrs POLIS dans vos échanges, également par téléphone, les insultes nuisent grandement à notre cause.Merci à tous.

Contact :

Mairie de Céret - 6 Boulevard Maréchal Joffre - 66400 Céret

Téléphone : 04.68.87.00.00

Secrétariat du Maire et des Élus  : m.ramis@mairie-ceret.fr

c.costa@mairie-ceret.fr

Veuillez noter que je soutiens totalement cette lettre :

Gandhi :« un homme cruel avec les animaux ne peut être un homme bon »

Monsieur le Maire,

Nous sommes dans un siècle où la barbarie sur un être vivant n’a plus sa place et vous en conviendrez aisément.

Alors qu’en est-il de la corrida ! Si ce n’est de l’extrême barbarie exhibée en public, enfants compris.

L’Europe, voire le monde entier, regarde cette exception française comme une folie meurtrière.

OUI, Céret, à l’instar des autres villes concernées, doit stopper ces corridas qui ensanglantent son image et qui fait retentir les cris de douleur dans ses murs.

Quelle empreinte laissez-vous dans cette ville ? Si ce n’est celle répugnante de la cruauté infligée à un animal.

 Autour de nous, les personnes réagissent de même, ignorant que de telles activités ignobles puissent se pratiquer en France , et qui plus est encouragées et admises par des élus .

NON rien ne peut  justifier de telles atrocités infligées aux animaux (taureaux et chevaux inclus) et mises en spectacle pour un public primaire, chez qui on fait appel aux plus bas instincts de sadisme et de perversité.

NON aucune tradition barbare ne peut être admise, sinon continuons l’excision, l’esclavage, la lapidation.

La corrida est avant tout la honte de la France et de l'Europe, et il convient de la déloger de notre siècle.

Les corridas sont actuellement sous perfusion et subventionnées par nos impôts, elles donnent les places, tellement elles sont désertées par un public qui prend conscience que corrida rime avec barbare et non pas avec art. 

Car, il faut être un monstre sans compassion pervers et sadique pour s’amuser de la cruauté infligée aux  taureaux, taurillons et chevaux .

Vous ne pouvez ignorer que 85 % des français sont pour l’interdiction de la corrida, et que l’évolution des mentalités va vers la prise en compte de la sensibilité des animaux et la lutte contre les souffrances qui leurs sont infligées.

Les grands hommes et femmes (auxquels se réfèrent tant nos politique) ont tous plaidé contre les actes de cruauté infligés à plus faible,  que sont les animaux : Emile Zola, Martin Luther King , Charles Darwin, Voltaire, Victor Hugo, Marguerite Yourcenar, Simone VEIL et moult autres. 

Les psychiatres s’ insurgent contre les  violences faites sur des animaux par les enfants,  et qui conduisent à terme à des actes sur leurs semblables et à de la violence sur la société.

Nous ne pouvons laisser un tel spectacle qui fait le lit à la souffrance et à la violence et leur éloge.

Soyez Monsieur le maire , du bon côté de la vie celle de la compassion, seule valeur que l’on doit  faire partager au sein de notre société.OUI A LA FERIA MAIS SANS TORTURE !

Cordialement.
Vos coordonnées.

Ci-dessous un  rappel de la préparation des victimes : (témoignage d'Alvaro Munera, torero repenti) :



L'Afeitado
Cette pratique barbare consiste à scier à vif 5 à 10 cm de corne. L'opération dure 25 minutes et génère d'horribles souffrance pour l'animal ; il est enfermé dans un caisson et seules les cornes dépassent. Cette mutilation modifie la perception de l'espace pour le taureau. Tous les toreros réclament l'afeitado. En termes de douleur, cette ' intervention ' reviendrait à nous scier une dent à vif…
Cette opération a pour but de désarmer le taureau.
L’animal ainsi tourmenté, torturé, garrotté, piégé, encagé; ses plaintes, ses mugissements n’empêchent rien.
Les cornes sont ensuite poncées et éventuellement reconstituées avec de la résine.
Le taureau ne dispose pas d’un délai suffisant pour prendre connaissance de la nouvelle longueur de ses cornes et d’y adapter son coup de tête.

Le transport

Les taureaux sont ensuite transportés vers les villes taurines; c’est une épreuve douloureuse. Ces transports pouvant durer plusieurs jours, sur un plan incliné pour les fatiguer, les animaux ne reçoivent ni nourriture, ni boisson. C’est ainsi qu’en 2001, plusieurs taureaux déshydratés ont été retrouvés sans vie dans ces camions de la mort.

La préparation au combat

Avant le combat, le taureau est parfois préparé.
Yeux enduits de vaseline (afin de le désorienter), usage en dose massive de tranquillisants, hypnotisants, et même sprays paralysants (les mêmes utilisés par les forces de l’ordre, qui ont pour effet d’altérer la vue).
Pattes enduites d’essence de térébenthine, qui lui procure des brûlures insupportables, dans le but de l’empêcher de rester tranquille.
Aiguilles cassées dans les testicules, dans le but d’empêcher le taureau de s’asseoir ou de s’affaler.
Coton enfoncé dans les narines et qui descend jusque dans la gorge, dans le but de rendre plus difficile la respiration.
Coups de pieds et de planche sur l’échine et sur les reins, pour ne laisser aucune traces.
Les sabots sont limés, voire incisés et on enfonce des coins de bois entre les onglons, cette opération est faite pendant la contention dans la boîte à treuil (en même temps que l’afeitado).
Et juste avant de rentrer dans l’arène, on lui laissera tomber une trentaine de fois des sacs de sable de 100 kg sur les reins, après l’avoir immobilisé.

Et maintenant… le spectacle peut enfin commencer."

Commentaires