Communiqué de presse Parti Animaliste



Castaner, bras armé des syndicats agricoles ? 
 
Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a présenté la « Cellule Demeter » de la gendarmerie nationale qui est chargée de lutter contre les intrusions dans les exploitations agricoles et « l’agribashing».

M. Castaner, premier policier de France, bâillonne les lanceurs d’alerte

L’État s'empresse de répondre aux demandes de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs en mettant en place des moyens démesurés pour criminaliser les lanceurs d’alerte qui informent les citoyens de la situation terrible que vivent les animaux : un arsenal juridique excessif pouvant conduire à des peines de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 € d'amende. 

Mensonges d’État sur la réalité des intrusions imputables aux animalistes
La volonté répressive à l’égard d’un mouvement pacifique interroge légitimement sur sa capacité à évaluer les dangers qui menacent notre pays. En effet 41 intrusions en tout et pour tout ont eu lieu en 2019, selon la FNSEA, intrusions sans actes de violence.

Cela justifie selon Monsieur Castaner que « la Cellule Demeter englobe la prévention et le suivi [...] des actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole ou d’actions dures ayant des répercussions matérielles ou physiques ».

Alors même que les pompiers ont subi plus de 3000 actes de violence en 2019, soit 21 % de plus qu’en 2018, n’aurait-il pas été plus judicieux et utile que Monsieur Castaner fasse du « pompierbashing » un des axes prioritaires du renseignement ?

Alors, qu’est-ce qui fait si peur au gouvernement ? 

À l'origine de cette panique, se pourrait-il que les actes de maltraitance dans les élevages industriels français ne soient en réalité pas des exceptions mais la règle ?

Et comment s’en étonner, quand les élevages en France ne sont contrôlés qu’une fois tous les 147 ans, soit le taux d’inspection le plus bas de l’Union européenne ?
 
Les attentes des citoyens sur la question animale impliquent que le gouvernement change enfin de cap. Le Parti animaliste demande par ailleurs à Monsieur Castaner de renoncer aux procédures-bâillons visant les lanceurs d’alerte. 

Nous proposons des renforts sur les contrôles dans les abattoirs et dans les élevages en accordant un droit de visite inopinée par les associations de protection animale dans les élevages et les abattoirs visés à l’article 2-13 du Code de procédure pénale. Nous proposons également de créer une Direction de la Protection des animaux d’élevage au ministère de la Protection animale pour que la souffrance animale ne soit plus ignorée et dénigrée.

Commentaires