pub-8462971761468029 pub-8462971761468029

Au Cambodge, il se démène pour construire un "paradis pour animaux"


Inlassable défenseur de la nature, le Britannique se démène pour financer son paradis pour animaux au nord-est du pays khmer. Y accéder est déjà une belle expédition.

Phnom Penh. Quai Sisowath, au petit matin. Jonathan Eames achète viennoiseries et cafés à emporter dans une excellente boulangerie française. Huit heures de route sont au programme pour rejoindre Siem Pang, avec comme copilote M. Meng, un entrepreneur cambodgien en pleine ascension. L’idée de Jonathan Eames ? Lui faire visiter sa réserve, « Sanctuaire de faune sauvage et de forêt protégée de Siem Pang », pour qu’il devienne partenaire du projet. Sur la route nationale 11, le pick-up vert olive file vers le nord. La pause déjeuner est l’occasion de parler plus en détail du projet de Jonathan. Ayant fait fortune dans le tourisme et très attaché à l’environnement, M. Meng s’intéresse à des initiatives qui pourront amener le Cambodge vers le développement durable. Ainsi, la perspective de voir le tigre protégé et réintroduit à l’état sauvage le passionne.

A la recherche de nouveaux investisseurs pour le sanctuaire de Siem Pang

Jonathan Eames est, lui, natif de Leicester en Grande-Bretagne. Un diplôme d’Etudes de Développement de l’Université of East Anglia en poche, il a quitté sa terre natale pour l’Asie dans les années 1990. Il a pris en charge l'ONG BirdLife International pour le Cambodge, le Laos, le Myanmar et le Vietnam. Aujourd’hui à la tête de Rising Phoenix, une société de droit cambodgien, Jonathan est bien soutenu. Supporters et investisseurs du premier jour, sa compagne Dinh Hoa, femme d'affaires vietnamienne, et son ami Dominic Scriven, financier anglais, sont ses partenaires. Ils participent tous deux activement à la recherche de nouveaux investisseurs pour assurer l’avenir du sanctuaire. Sur la route vers Stung Treng, au nord-est du Cambodge, règne une atmosphère de Far West. Des militaires cambodgiens sont en faction pour empêcher des incursions depuis le Laos. Des Chinois achètent des concessions. Des néocolons vietnamiens pillent la forêt pour installer des plantations d’hévéa. Dans cet environnement complexe, Jonathan doit se faire une place. Depuis dix ans, il poursuit pourtant son ambitieux programme de protection et de développement du sanctuaire de Siem Pang : 150 000 hectares de forêt sèche et de forêt sempervirente (dont les arbres gardent leurs feuilles tout au long de l'année) avec une faune riche de nombreuses espèces uniques, classées « en danger critique d’extinction » par l'IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature).


Lire la suite...

Parole d'Animaux association loi 1901

Récépissé numéro W912009391

Préfecture de l'Essonne

Siren 829 145 796

Siret 829 145 796 00019

Mélissa/Daniel

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • YouTube