En Seine-Maritime, la fédération de chasse peut compter sur l’appui de la préfecture et de mairies


Aujourd’hui, on ne parle plus de nuisibles, mais d’espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD). Une subtilité sémantique purement cosmétique, puisque les animaux sauvages classés sur cette liste peuvent être régulés (tirés, piégés, déterrés, massacrés) presque toute l’année.

Lire la suite sur aves.asso.fr