Les chauves-souris sacrifiées sur l’autel des parcs éoliens


« Je les aime, elles ont rempli ma vie. » C’est ainsi que débute notre conversation avec Laurent Arthur, chiroptérologue passionné et passionnant, tout jeune retraité du Muséum de Bourges. Ce membre de la SFEPM a beaucoup travaillé sur l’impact de l’éolien sur les chauves-souris, d’il y a 15 ans, quand il pensait encore qu’il n’y avait aucune incidence, à aujourd’hui, où il est convaincu que les éoliennes ne sont pas compatibles avec la biodiversité.

Lire la suite sur especes-menacees.fr