pub-8462971761468029 pub-8462971761468029

Les masques jetés par terre ont un impact sur la faune de la région

ENVIRONNEMENT. Il n’est pas rare de retrouver des masques de protection sur le sol, que ce soit sur l’asphalte ou sur le gazon. L’apparition de ces déchets dans notre écosystème peut avoir des conséquences sur la santé de la faune sauvage de la région, soutient le Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ).


Selon l’organisme de référence en environnement, il est important de sensibiliser et d’informer la population drummondvilloise quant aux conséquences reliées à la présence de ces déchets au sein de la faune et la flore.


«Le masque en tant que tel est fait d’un mélange synthétique et de cellulose. Il y a une partie qui est compostable. Tout ce qui est fibre synthétique, comme l’élastique et le bout de métal, ça va finir dans la nature comme un déchet», explique la directrice générale du CRECQ, Andréanne Blais.


«C’est sûr que le plus grand danger n’est pas l’accumulation de produits chimiques. C’est plutôt le danger pour la faune dans l’environnement», poursuit-elle, en précisant que plusieurs masques se retrouvent dans les cours d’eau par le système d’égout.

De prime abord, Mme Blais a une pensée pour les tortues qui sont en voie d’extinction dans la région. «À Drummondville, on en a une. Je ne suis pas en mesure de la nommer parce que ce n’est pas une information qu’on veut rendre publique. Bref, on a des espèces qui sont menacées. Lorsque les masques se trouvent dans l’eau, les élastiques pourraient s’attacher après leurs pattes ou leur bec. Une tortue n’est pas comme un humain, ça n’a pas des doigts pour enlever le masque», mentionne la biologiste.


Lire la suite...

Posts récents

Voir tout

Parole d'Animaux association loi 1901

Récépissé numéro W912009391

Préfecture de l'Essonne

Siren 829 145 796

Siret 829 145 796 00019

Mélissa/Daniel

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • YouTube